RMC

Covid-19: pourquoi la question du reconfinement le week-end se repose en Île-de-France

RMC
L'exécutif espère que ces chiffres baisseront d'ici au prochain conseil de défense de mercredi qui doit à nouveau statuer sur d'éventuelles nouvelles mesures.

La situation sanitaire se tend en Île-de-France. Lundi matin, c'est l'agence de santé qui a été contrainte de déprogrammer 40% des opérations non-urgente pour faire face à l'arrivée de malades dans les services de réanimation.

Avec 964 malades du Covid-19 soignés dans l'un des services de réanimation de la région Ile-de-France lundi, pour "moins de 1.050 lits" disponibles, "on est dans une situation de tension très forte", a déclaré à l'AFP le directeur général de l'Agence régionale de Santé (ARS), Aurélien Rousseau. Conséquence, l'ARS d'Ile-de-France a donc donné "l'ordre ferme" aux hôpitaux et cliniques de déprogrammer près de la moitié de leurs activités médicales et chirurgicales les moins urgentes pour augmenter les capacités, avec une cible désormais fixée à 1.577 lits de réa.

De quoi relancer le débat autour de nouvelles mesures: faudra-t-il en passer par un reconfinement le week-end comme à Dunkerque ou dans les Alpes-Maritimes? Le sujet devrait à nouveau être débattu cette semaine dans les rangs du gouvernement.

Au plus haut sommet de l'Etat la situation est jugée préoccupante. L'occupation à plus de 90% des lits de réanimation est considérée comme un très mauvais signal. En 24h, 76 patients lourds ont été pris en charge.

>> A LIRE AUSSI - Île-de-France: "ordre ferme" aux hôpitaux et cliniques de déprogrammer 40% des activités

Le taux d'incidence va être scruté

Pour autant l'exécutif espère que ces chiffres baisseront d'ici au prochain conseil de défense de mercredi qui doit à nouveau statuer sur d'éventuelles nouvelles mesures.

"Après la fermeture des grands centres commerciaux, l'étape suivante est le confinement le week-end ou le confinement total", rappelle un conseiller du Premier ministre qui souligne qu'il n'y a pas toujours pas de consensus politique sur le sujet dans la région.

Tout dépendra donc de l'évolution du taux d'incidence, supérieur à 400 cas pour 100.000 habitants en Seine-Saint-Denis et dans le Val-de-Marne mais inférieure à 300 dans les Yvelines et les Hauts-de-Seine pour 220 à l'échelle nationale. Il est en moyenne de 346 pour toute l'Ile-de-France, bien au-dessus du seuil d'alerte maximale fixé à 250 par le gouvernement. 

>> A LIRE AUSSI - Pourquoi l'accélération de la vaccination ce week-end risque d'être éphémère

Pourtant, ce mardi, le directeur général de la santé Jérôme Salomon assure que "Le confinement de l'Ile-de-France n'est pas d'actualité", malgré une "très forte tension" dans les hôpitaux liée au virus du Covid-19. 

"Cette mesure de dernier recours serait proposée au gouvernement et au chef de l'Etat si nous avions l'impression que l'hôpital ne pouvait pas tenir", a-t-il expliqué. "Nous sommes en très forte tension, nous libérons des lits (...) et nous suivons la situation jour après jour", a-t-il poursuivi.

Une sortie aussitôt critiquée par Axel Kahn, qui était l'invité de Jean-Jacques Bourdin ce mardi: "Jérôme Salomon a tort incontestablement. Il fallait reconfiner, finir le boulot le 8 janvier, les gens s'y attendaient. Aujourd'hui, la situation est intolérable". Et de conclure: "Le Président a joué un coup, il ne l'a pas gagné".

-
- © -
Jérémy Trottin (avec Guillaume Dussourt)