RMC

Pourquoi l'accélération de la vaccination ce week-end risque d'être éphémère

Près d'un demi-million de Français ont été vaccinés en trois jours. Un week-end de vaccination dont s'est félicité le gouvernement qui avait pour l'occasion mis en place des vaccinodromes éphémères.

Elle a dû attendre 4 heures dimanche sur le vieux port mais Catherine, marseillaise, a pu se faire vacciner sans rendez-vous par les marins-pompiers. Elle a reçu une première injection du sérum AstraZeneca: "C'est très bien parce que tous les centres de vaccination autour de chez moi sont complets. Du coup j'ai sauté sur l'occasion quand j'ai vu que les marins-pompiers étaient sur le Vieux port".

À Saint-Mandé, dans l'Est Parisien, c'est un hôpital militaire qui était converti, le temps du week-end, en centre de vaccination. Après des semaines de tentatives infructueuses Annick et son mari sont parvenus à obtenir un rendez-vous. Ils sont désormais vaccinés. Et soulagés: "C'est une très bonne initiative. Cela permet de multiplier les vaccinations", plaide Daniel. "Le Covid-19 c'est quand même dangereux surtout pour des personnes avec des comorbidités comme nous", assure Annick.

Comme elle, ils sont nombreux a avoir répondu à l'appel du gouvernement. Selon Matignon, 249.569 injections ont été réalisées vendredi, 221.212 samedi et 114.318 dimanche, portant à 3,7 millions le nombre de personnes vaccinées. Mais élus et praticiens craignent que cette accélération ne soit qu'éphémère.

La Ville de Calais avait également reçu des doses supplémentaires. 1800 munitions pour alimenter le coup d'accélérateur voulu par le gouvernement ce week-end. Tout a été écoulé, se réjouit la maire Natacha Bouchart. Un succès pourtant amer car ce matin, elle dit ne plus disposer de vaccins pour sa population: "Nous n'avons plus de dose et cela ce n'est pas normal. Nous sommes prêts techniquement et nous l'avons prouvé. Si on avait ces 2000 doses par week-end et si on pouvait en avoir autant dans la semaine je dirais 'Top on est au rendez-vous'. Mais on est loin d'y être-là".

>> A LIRE AUSSI - Pourquoi la vaccination par le vaccin AstraZeneca patine

"Les centres ont vacciné avec un arrivage inattendu de vaccin"

En déplacement dans les Hauts-de-France pour visiter des centres de vaccination dimanche, Olivier Véran s'est félicité de l'effort exceptionnel fourni ce week-end. Attention lui répond Jacques Battistoni, président du syndicat de médecins généralistes MG France, la vaccination c'est une course de fond, pas une série de sprints:

"Les centres éphémères ont vacciné ce week-end avec un arrivage inattendu de vaccin Pfizer et de doses d'AstraZeneca qui n'étaient pas utilisées. Mais nous avons besoin d'avoir un flux régulier et un prévisionnel. Pas qu'on nous dise le vendredi qu'on va faire une opération coup de poing ce week-end. Les professionnels le font parce qu'ils sont dévoués mais je tire la sonnette d'alarme. Attention à ne pas les épuiser".

Le ministre de la Santé l'a assuré. Les livraisons de vaccins vont continuer d'augmenter "pour atteindre en avril parfois des fois 5, fois 6, en terme de quantité" par rapport à ces dernières semaines. 

>> A LIRE AUSSI - Le chef d'un service de réanimation testé positif au Covid-19 après avoir reçu une dose du vaccin Pfizer

Benoît Ballet (avec Guillaume Dussourt)