RMC

Crise sanitaire: "On navigue à vue et à la fin ça devient criminel", dénonce Julien Bayou

Le secrétaire national d'EELV a critiqué sur RMC le manque d'anticipation. Il a également dénoncé le fait que l'économie a été privilégiée au détriment de la santé.

Emmanuel Macron a décidé de s’exprimer ce mercredi soir lors d’une allocution télévisée à 20 heures. Il pourrait annoncer un serrage de vis alors que la situation sanitaire continue de se dégrader.

>> A LIRE AUSSI - Covid-19: Emmanuel Macron prononcera une allocution à 20h mercredi

Pour Julien Bayou, secrétaire national d’Europe-Ecologie les Verts, le gouvernement réagit presque trop tard. 

“Je crois qu’Emmanuel Macron a fait un pari et c’est scandaleux de faire un pari comme ça sur la vie des gens. Vous et moi, est-ce qu’on se dit que c’est un pari de retrouver nos proches, nos aînés qui ne sont pas encore vaccinés. C’est un pari morbide, l’économie au détriment de la santé et on finit par perdre sur les deux tableaux. Sur la santé, un crash aérien par jour, on ne doit pas s’y habituer”, indique-t-il sur RMC.

Il estime par ailleurs que cette prise de parole d’Emmanuel Macron était devenue inéluctable parce que rien n’a été anticipé. Il prend d’ailleurs un exemple. “Le ministre de la Santé a avoué hier que le virus circule dans les écoles. Le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer, le nie depuis un an maintenant. Qu’est-ce qu’on a pas mis en place l’été dernier, avant la rentrée scolaire, pour adapter les bâtiments scolaires?”, demande-t-il.

"Un défaut d'anticipation"

Il estime par ailleurs que les scientifiques ne s’étaient pas trompés sur leurs prédictions.

“Ils naviguent à vue. Le 29 janvier, le conseil scientifique avait annoncé à la semaine près, que fin mars les variants auront pris le dessus sur la souche initiale. Il y a donc un défaut d’anticipation. Ils auraient à minima dû prendre des précautions comme embaucher des agents dans les lycées pour avoir des protocoles sanitaires, favoriser le télétravail, organiser des transports en urgence. Et là, on navigue à vue et à la fin ça devient criminel”, assure-t-il. 
Guillaume Descours