RMC

"Dupin Quotidien": comment organiser les vacances d'été malgré le confinement?

Les Français se posent des questions sur l'organisation des vacances d'été. Selon le gouvernement, il faut prendre son mal en patience et attendre l'évolution de la situation avant de prendre une décision.

Pourra-t-on partir en vacances cet été? Et si oui comment peut-on s’organiser? 

Malheureusement, il vaut mieux prendre votre mal en patience et attendre, encore un peu, de voir ce qui se passe. En tous cas, c'est ce que conseille le gouvernement. 

Par exemple, on ne sait pas si les hôtels seront en mesure d’ouvrir d’ici le mois de juillet. Aucune date de reprise dans le secteur n’a d'ailleurs été communiquée par le gouvernement. Donc mieux vaut prévoir une réservation de dernière minute.

Ce qui est sûr, c’est que si vacances il y a elles seront franco-françaises. En effet, on risque de ne pas partir au bout du monde. La majorité des frontières sont fermées jusqu’à nouvel ordre. L’Espagne envisage même de les maintenir fermées tout l’été. Et comme l’a rappelé le ministre de la Santé Olivier Véran, les grandes mobilités internationales pour les loisirs n’ont pas lieu d’être dans une période d'épidémie, ou de post-épidémie. Donc si on part, ce sera en France, peut-être même qu’on sera obligés de rester dans sa région.

Vers quel type de logement, il vaut mieux s'orienter?

Ce qui peut être intéressant, c'est de réserver via une plateforme de location entre particuliers puisque certains particuliers permettent un remboursement jusqu’à la dernière minute. Vous pourrez donc toujours annuler si vous changez d'avis. Et puis maintenant beaucoup de voyagistes proposent des conditions d’annulation beaucoup plus souples, avec parfois un remboursement la veille du séjour. Dans tous les cas, vous aurez normalement a minima un avoir valable 18 mois. 

Mais attention, vérifiez bien les conditions de l'assurance annulation si vous réservez en ce moment car l'assurance pourra toujours vous dire que vous connaissiez la situation. En tous cas pour le logement, comme on ne sait pas si les restaurants seront ouverts il vaut mieux prévoir un endroit où l’on peut cuisiner. 

Les professionnels du camping ont mis au point un "plan" avec une réouverture progressive avec peu de services, moins d’hébergements pour ne pas être collés les uns aux autres et avec des consignes sanitaires. Par exemple, les familles entreront une par une dans les réceptions qui seront protégées par un plexiglas. Il pourrait aussi y avoir un nombre d'enfants maximum dans les aires de jeux par exemple.

Est-ce qu'on pourra aller à la plage ?

Ce n'est pas sûr du tout. Le gouvernement explique qu'il regarde ce qu'il se fait ailleurs. En Australie par exemple, il est interdit de stationner sur la plage même si on peut pratiquer une activité sportive en mer. En Belgique une commune envisage de réserver la plage à ses habitants. En Italie, une entreprise propose des parois vitrées, comme des box, qui sépareraient les touristes sur la plage.

Et en France à Biarritz par exemple un élu propose de limiter les baignades, par exemple on aurait droit à une baignade par semaine, à tour de rôle, ou pas plus de 30 minutes par jour. 

Et comment va-t-on se rendre sur son lieu de vacances?

C’est la grande question. À la SNCF tous les trains après le 11 mai affichent complet aujourd’hui mais ce n’est pas parce qu’ils sont tous réservés, c’est parce qu’on ne sait pas encore quels trains circuleront, à quelle fréquence. Pour l’instant, on n’a pas de date pour la reprise du trafic. 

Pour Air France, c’est un peu pareil même si la compagnie prévoit un programme de vol à 30% de ses capacités à partir de juillet contre à 5 à 10% aujourd’hui. Mais il est probable que la voiture soit le mode de déplacement privilégié cet été.

Marie Dupin