RMC

ENQUÊTE RMC - Ces commerces qui restent ouverts illégalement malgré le confinement

-

- - -

ENQUÊTE RMC - Certains commerces, censés être fermés, continuent d'exercer leur activité clandestinement. C'est le cas de nombreux instituts de beauté.

Après les restos clandestins, les instituts de beauté clandestins. Certains instituts, censés être fermés, continuent de proposer des services sous le manteau. Des instituts qui communiquent les réseaux sociaux ou par bouche à oreille sur le fait qu’ils sont toujours ouverts. Au sein de l'un d'eux, qui à pignon sur rue, il suffit de téléphoner pour décrocher un rendez-vous facilement.

Rendez-vous est pris à 10h du matin devant l'institut mais la grille est fermée et des rideaux empêchent de voir à l'intérieur. Une femme ouvre et nous fait rentrer par l'arrière boutique. Ensuite tout se passe comme une manucure classique. A l'intérieur, il y a déjà deux clients, tout le monde porte le masque et le téléphone n'arrête pas de sonner.

>> A LIRE AUSSI - INFOGRAPHIE - Nouvelles mesures contre le Covid-19: voici la liste des commerces autorisés à ouvrir (ou pas)

Beaucoup de monde malgré le confinement

"Les coiffeurs ont le droit d'ouvrir mais pas les esthéticiennes n'ont pas le droit, si on se laisse aller pour tout, alors c'est fini" confie l'une des clientes présente.

La gérante nous confirme qu'il y a toujours beaucoup de monde malgré le confinement. Au moment de partir, impossible de payer par carte bleue, seuls les chèques et les espèces sont autorisés

Et ce n'est pas un cas isolé. De nombreux instituts continuent d'exercer. Une masseuse nous assure même au téléphone qu'il vaut mieux enlever le masque dans le cabinet. Les gérants de ces instituts clandestins risquent gros: jusqu'à 3 ans de prison et 45.000 euros d'amende.

>> A LIRE AUSSI - Covid-19 et magasins fermés: à quoi ressemble la nouvelle aide pour les "sur-stocks" des commerçants?

Marie Dupin et Maryline Ottman (avec G.D.)