RMC

"Est-ce qu'il faut vacciner deux millions d'enfants pour en sauver dix? Je le crois": le plaidoyer du Pr Deray pour la vaccination des 5-11 ans contre le Covid-19

DOCUMENT RMC - Même si les moins de 12 ans morts du Covid-19 sont extrêmement peu nombreux, pour le professeur Gilbert Deray leur vaccination contre la maladie reste nécessaire.

Les indicateurs de l'épidémie de Covid-19 remontent tandis que les éligibles à la troisième dose sont peu à profiter de leur rappel de vaccin. Et la question de la vaccination des enfants demeure. Tandis qu'aux Etats-Unis, les autorités viennent d'autoriser la vaccination des enfants de 5 à 11 ans, la France hésite encore. La société française de pédiatrie est elle réticente tandis que d'autres poussent pour la vaccination des plus jeunes, alors que seuls les plus de 12 ans ont le droit à la vaccination.

"C'est un problème difficile, un vrai débat de société", estime ce lundi sur RMC, Gilbert Deray, professeur de néphrologie à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris. "Oui, je suis favorable à la vaccination des 5-11 ans", plaide le praticien évoquant 700 morts du Covid-19 dans cette tranche d'âge aux Etats-Unis, 18 en France, et 60 au Royaume-Uni.

"Mais que vaut la vie d'un enfant en terme de vaccination? Ce n'est pas qu'une question médicale. Est-ce qu'il faut vacciner deux millions d'enfants pour en sauver dix? Je le crois. Et d'ailleurs c'est ce qu'on a fait dans le passé. Dans les années 90, quand on a rendu la vaccination contre la varicelle accessible aux enfants, il y avait 16 morts de cette maladie chaque année. La vaccination des 5-11 ans, ce n'est pas pour les plus âgés, c'est pour les enfants et il y a le Covid-19 long dont on parle assez peu", insiste Gilbert Deray.

"Je suis favorable à l'obligation vaccinale"

Concernant l'épidémie de Covid-19, il estime "clair" qu'elle repart. De fait, on recensait 6709 personnes hospitalisées actuellement en raison du Covid-19, contre 6572 la semaine dernière. Et 7230 cas ont été recensés chaque jour en moyenne depuis une semaine, soit 23,4% de plus que la semaine précédente. Le taux d'incidence est également en hausse, à 65,6 contre 57,2 il y a une semaine.

"On perd beaucoup de temps. Depuis le début, je suis favorable à l'obligation vaccinale. C'est toujours inquiétant de voir une épidémie avec des chiffres qui montent", conclu Gilbert Deray.

Le président de la République Emmanuel Macron doit d'ailleurs prendre la parole ce mardi. Il devrait transmettre un message d'alerte et appeler les personnes éligibles à la troisième dose, à faire le rappel, alors que moins de la moitié d'entre eux l'on fait pour l'instant.

>> CARTE INTERACTIVE - Reprise du Covid et rentrée scolaire: les écoliers remettent le masque dans 39 départements

Guillaume Dussourt