RMC

Faire école à l'extérieur pour éviter un reconfinement: une bonne idée?

Anne Hidalgo a proposé à l'Education nationale de permettre l'école en extérieur. C'est aujourd'hui à l'académie de Paris de retenir ou pas la proposition.

Anne Hidalgo s'oppose à un confinement le week-end à Paris. Une mesure "inhumaine" a jugé lundi la maire de la capitale qui a fait plusieurs propositions dans l'espoir de contrer la prolifération des cas.

Elle souhaite notamment que le rythme de vaccination soit multiplié par quatre, mais aussi que la population puisse s'aérer. La maire de Paris a même proposé à l’Éducation nationale “de permettre aux enseignants de faire classe en extérieur toutes les fois que cela sera possible”.

L'école au grand air, au milieu des arbres, Grégory, père d'un petit garçon de 9 ans, trouve l'idée lumineuse.

“C’est une bonne idée. Ca permettrait de changer de cadre et que ça puisse mieux passer au niveau de l’enseignement. Et puis il y a la question sanitaire aussi, ça peut être de meilleure condition”, assure-t-il.

Alors quid de la capacité de concentration des élèves? Hector est en primaire, il imagine très bien ses journées d'école dans un parc. “On pourrait faire des jeux et s’amuser. Surtout s’amuser”, indique-t-il.

S'amuser en apprenant bien évidemment. Pour sa mère Marie, l'idée de faire classe dans les parcs et jardins est vraiment utopique.

"Ça pourrait faire rêver, mais ça ne nous semble pas du tout réaliste. Déjà comment en période de vigipirate assez avancée, on pourrait mettre une classe complète à l’extérieur. Et puis pour les matières un peu classiques comme les mathématiques ou le français, la maîtresse a quand même besoin de matériel, un tableau etc.”, assure-t-elle.

Peu utile d'un point de vue sanitaire

En effet le plan vigipirate peut-être un frein à la mise en place du projet selon le Syndicat National Unitaire des Instituteurs. Mais faire classe dans un parc reste tout à fait réalisable,

-selon Elisabeth Kutas, sa secrétaire départementale à Paris.

“Si on doit enseigner la division, on peut très bien le faire en extérieur. Mais ça demande du temps pour réfléchir et ça demande de l’organisation même si ce n’est pas forcément du matériel”, appuie-t-elle.

Réalisable oui, mais est ce vraiment utile d'un point de vue sanitaire? Pas vraiment pour Bruno Megarbane, chef du service de réanimation à l'hôpital Lariboisière de Paris.

"Il suffirait d’ouvrir en grand les fenêtres et d’aérer quasiment en continu les salles de classe. Le fait de garder les mesures grandes ouvertes aurait le même effet que d’aller dans un parc", estime-t-il.

Ouvrir les fenêtres ou peut-être privilégier la cours de récréation pour faire classe mesures plus réalisables elles aussi envisagées par la maire de Paris.

Romain Poisot avec Guillaume Descours