RMC

Frédéric, ex-obèse: "Quand vous vous mangez 150 grammes de pâtes, moi j'en prenais 750g"

-

- - JEFF HAYNES / AFP

TEMOIGNAGE - En France, la moitié des habitants est en surpoids. C'est ce que démontrent les premiers résultats de la cohorte Constances, portée par l'Inserm et la Caisse nationale de l'Assurance-maladie. Plus grave: près de 16% de la population française est considérée comme obèse. C'était le cas de Frédéric qui a perdu près de 80 kilos après l'ablation d'une partie de son estomac.

Frédéric, chauffeur poids-lourds dans les Côtes d'Armor, est un ex-obèse au parcours chaotique. Il faisait 160 kilos mais suite à une opération de l'estomac, il ne pèse plus que 80 kilos.

"J'ai souffert de surpoids pendant des années. J'ai 47 ans mais depuis ma tendre enfance, et jusqu'à peu, j'ai pris du poids chaque année pour en arriver à 160 kilos. Mais aujourd'hui, j'ai fondu puisque je ne fais plus qu'entre 80 et 90 kilos. J'ai fondu en sept mois exactement, j'ai donc perdu plus de dix kilos par mois. J'ai fait plusieurs régimes pour en arriver là. J'ai fait le yoyo pendant des années: je perdais, je reprenais, je reperdais, je reprenais… Ça a duré quinze ans comme ça. Quand vous vous mangez 150 grammes de pâtes, moi j'en prenais 750g. Au final, j'en suis arrivé à me dire qu'il fallait guérir le mal par le mal et j'ai donc décidé de me faire opérer. C'était l'opération de la dernière chance.

"J'ai subi une ablation de l'estomac au trois-quarts"

Au bout d'un moment, il n'y a plus de solution. Il faut regarder la réalité en face et franchir le pas. Il y a tout un protocole préalable. J'ai été pris en charge par sept ou huit médecins. J'ai fait une batterie de bilans. Ensuite, je suis passé devant une commission qui prend la décision de vous opérer ou non. J'ai été opérable et j'ai donc subi une ablation de l'estomac aux trois-quarts.

C'est très difficile moralement d'autant plus que c'est très long. Entre le début du protocole et l'opération, il y en a pour près de deux ans. Désormais, je mange six fois par jour mais en petite quantité: j'ai un estomac d'oiseau. Le matin, je mange un café avec une biscotte. Je fais une collation à 10h00, je mange la moitié de mon repas à midi, le reste à 14-15h et rebelote pour le diner, en deux fois. Ça m'arrive de boire un peu d'alcool, du vin et de la bière essentiellement, mais pas trop non plus.

"J'ai subi beaucoup de discrimination au travail"

Aujourd'hui, je vais beaucoup mieux. J'ai éradiqué les trois-quarts de mes problèmes aussi bien au niveau du dos, des jambes, des genoux… Je faisais de l'apnée du sommeil, je n'en fais plus. Les bilans sanguins sont aussi bien meilleurs. Je ne fais plus de diabète, je n'ai plus de cholestérol.

Ça a été un parcours compliqué mais aujourd'hui je ne regrette rien car j'ai retrouvé la forme. Je bouge, j'ai repris le volant. Mais surtout j'ai beaucoup subi de discrimination au travail. J'avais du mal à en trouver un. Quand j'envoyais des CV, on me disait que j'avais un profil intéressant. Une fois arrivé en face, le discours changeait…"

Maxime Ricard avec Jean-Jacques Bourdin