RMC

"J'ai eu très peur": ces enfants qui finissent en réanimation à cause du Covid-19

REPORTAGE RMC - Le Covid-19 touche aussi dans certains cas les jeunes. 500 enfants ont connu des complications cardiaques et la moitié d'entre eux a fini en réanimation. Un phénomène encore rare et mystérieux.

Cette pandémie semblait initialement toucher principalement les personnes âgées, mais le Covid envoie également en réanimation des enfants. Ils ne sont pas à risque comme les personnes plus âgées, mais dans de très rares cas, quelques enfants développement des formes graves qui nécessitent d'être hospitalisé.

"Un phénomène extrêmement rares, voir exceptionnel" et encore très mystérieux pour la médecine, précise Fabrice Michel, chef du service de réanimation pédiatrique à l'hôpital de la Timone à Marseille, sur RMC. Ces enfants ne développent pas de complications pulmonaires mais cardiaques. Elles se déclenchent une fois les symptômes disparus, 3 à 4 semaines après l'infection. 

Cette complication s'appelle un PIMS (syndrome inflammatoire multisystémique pédiatrique) similaire au syndrome de Kawasaki. Sur les 500 enfants concernés depuis le début de l’épidémie, la moitié a terminé en réanimation.

"J'ai mal à la tête, aux yeux, au ventre et au dos"

Ces hospitalisations d’enfants suivent avec un léger décalage les mêmes courbes que les hospitalisations des adultes. Les médecins s'attendent donc à plusieurs admissions d'enfants par semaine dans les prochains jours, suite au 3e pic causé par le variant anglais.

Une épreuve douloureuse et inquiétante pour les familles. L’hôpital de la Timone à Marseille a accepté d’ouvrir ses portes à RMC cette semaine. Nous avons pu rencontrer ces enfants, qui restent des mystères pour la science.

Amir, 11 ans, que nous avons rencontré, est immobilisé par la douleur: "J'ai mal à la tête, aux yeux, au ventre et au dos", souffle-t-il. A son chevet, sa mère n'en revient pas de voir son petit rugbyman dans cet état. "Il est KO, il est couché..."

"Pourquoi on ne fait pas de la prévention? Je trouve qu'on est vraiment mal informés"

Autre jeune touché, Antoine, 9 ans: "J'ai eu très peur", confie-t-il touché par la même affection cardiaque. Il a passé trois jours en réanimation.

"Il a failli mourir, c'est pas rien. Quand on arrive aux urgences, il ne pouvait pas marcher, il avait 7 de tension, il était déshydraté... Ca fait peur la réanimation, tu n'oses même pas sortir pour chercher à boire, tu t'oublies complètement."

Personne ne s'attendait à ça dans la famille, d'autant que le petit a transmis le Covid-19 à son grand-père diabétique. "Au final c'est le petit qui a eu le plus gros problème. Pourquoi on ne fait pas de la prévention? Je trouve qu'on est vraiment mal informés."

Des IRM de suivi sont nécessaires et des examens supplémentaires pendant trois mois, et Jenifer, sa mère s'inquiète pour la suite:

"Je ne le reconnais, il se fatigue beaucoup plus vite qu'habituellement. J'ai très peur qu'il ait des séquelles au coeur", s'inquiète-t-elle alors que le petit regrette ne plus pouvoir marcher dans les collines.

Depuis le début de l’épidémie, un enfant est décédé suite à cette complication en France : il avait 9 ans, c’était il y a un an à la Timone à Marseille.

A LIRE AUSSI >>> À quoi pourrait ressembler le pass sanitaire dont le gouvernement dessine déjà les contours?

Nicolas Traino (avec J.A.)