RMC

J'ai porté un stérilet hormonal Mirena pendant quatre ans, j'ai vécu un véritable calvaire

-

- - Commons wikimedia

Vertiges, crises d'angoisse, pertes de cheveux, prises de poids… De plus en plus de femmes se plaignent des effets indésirables liés, selon elles, à la pose du stérilet hormonal Mirena. C'est le cas de Marie Le Boiteux, qui vient de créer l'association SVH, Stérilet Vigilance Hormones. Elle témoigne ce lundi pour RMC.fr de l'enfer qu'elle a vécu pendant quatre ans.

Marie Le Boiteux, 48 ans, a porté le stérilet Mirena pendant quatre ans. Elle vient de créer l'association SVH, Stérilet Vigilance Hormones, afin de recueillir les témoignages d'autres victimes:

"Pendant 20 ans, j'ai porté un stérilet en cuivre, non hormonal, et il y a quatre ans, alors que je n'étais pas spécialement très convaincue, sur les vifs conseils de ma gynécologue, on m'a posé le stérilet hormonal Mirena. Mais je n'étais pas au courant des effets secondaires liés à ce stérilet. En effet, comme il faut garder le matériel stérile, on ne peut pas ouvrir la boîte dans laquelle il se trouve pour lire la notice. Toutefois, la première année, je n'ai eu aucun trouble particulier, tout s'est très bien passé.

En revanche, au bout d'un an, j'ai commencé à avoir des symptômes que je ne comprenais pas car il ne s'agissait pas de symptômes gynécologiques mais psychologiques. Je faisais de très nombreuses crises d'angoisse. J'ai commencé à être dépressive. J'ai eu une chute de la libido. J'étais très irritable, tout le temps fatiguée… Autant de petites choses qui se sont ajoutées quasiment du jour au lendemain. Issue du milieu du paramédical, je suis pourtant assez vigilante à propos de ce qui concerne les médicaments mais, là, ça n'a pas été le cas. J'aurais peut-être dû.

Chute de libido, dépression, crises d'angoisse…

En effet, mon état de santé à continuer à se dégrader. J'ai commencé à être vraiment malade, à avoir des vertiges au point de ne plus pouvoir aller travailler pendant deux mois. J'ai aussi eu un très important calcul de la vésicule biliaire, de très importantes douleurs au sein. J'ai fait de nombreux examens de santé mais on ne me trouvait rien. A chaque rendez-vous annuel, ma gynécologue n'établissait pas le lien entre ces symptômes et le port du stérilet Mirena. Elle m'expliquait que ce que je ressentais était probablement lié à mon âge, que je faisais peut-être une pré-ménopause.

Mais j'ai commencé à en douter, à m'interroger. J'ai donc fait des recherches sur internet et je suis tombée sur des témoignages de femmes racontant rencontrer le même genre de problèmes depuis la pose de leur stérilet Mirena. J'ai aussi consulté un généraliste, un naturopathe et enfin un homéopathe. Lui aussi était un peu interrogatif sur le Mirena. J'ai donc décidé de changer de gynécologue et d'aller me le faire enlever. Ce qui a été fait au mois de mars. Depuis, tous les symptômes pathologiques ont disparu. D'un seul coup. C'était vraiment stupéfiant. Je n'ai plus de vertiges, plus de douleurs, plus rien. Il me reste seulement quelques soucis gynécologiques liés au fait d'avoir enlevé le stérilet. Je suis en effet à un âge où le retour des règles est difficile.

"Depuis que l'on m'a retiré mon stérilet, tous les symptômes ont disparu"

Depuis, j'ai rejoint un groupe Facebook de victimes de ce stérilet. A l'époque nous n'étions que 200 mais, aujourd'hui, nous sommes plus de 14.000 membres. Et il y a des cas bien plus graves que le mien. Certaines femmes font état de pertes de cheveux, d'apparition de boutons d'acné, de prises de poids très importantes, en moyenne de 30 ans à 40 kilos par an, de douleurs articulaires, des infections gynécologiques… Pire, certaines femmes ont fait des AVC ou ont eu des cancers du sein. On ne sait pas si c'est directement lié mais cela pose question.

On a donc insisté pour que chacune de ces femmes fasse de la pharmacovigilance pour pouvoir remonter ces informations, ces problèmes à l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Depuis, cette agence a lancé une enquête afin de vérifier si les effets indésirables déséquilibraient ou pas la balance bénéfices-risques. Nous, on souhaite que désormais les femmes signent un consentement, comme lors d'une opération, avant la pose d'un stérilet. Car ce n'est pas quelque chose d'anodin. On s'est même rendu compte que des problèmes liés au stérilet Mirena sont aussi dénoncés dans d'autres pays. En Espagne et aux Etats-Unis, par exemple, des actions de groupe existent depuis quatre ans. Ce n'est donc pas un phénomène français mais bien mondial. On est peut-être pas loin d'un scandale sanitaire."

Propos recueillis par Maxime Ricard