RMC

Jour J pour la vaccination obligatoire des soignants: que va-t-il se passer pour les réfractaires?

Les soignants sont tenus à partir de ce mercredi d'avoir une première dose de vaccin au risque d'une suspension de leur contrat.

Jour J pour la vaccination obligatoire des soignants. Les salariés des hôpitaux et des Ehpad (ainsi que les pompiers, ambulanciers, aides à domicile) pourront être suspendus, sans rémunération, s'ils n'ont pas reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid-19.

Hôpitaux et autorités espèrent que ce mercredi, seule une proportion marginale des soignants aura refusé toute vaccination. Comment ça va se passer pour les personnels non-vaccinés? La loi prévoit la suspension du contrat de travail, donc plus de poste, plus de salaire, le temps de recevoir sa première dose.

>> A LIRE AUSSI - "Pourquoi je refuse de me faire vacciner": sur RMC, le témoignage d'une médecin contre l'obligation vaccinale

3% de non-vaccinés au CHU d'Avignon

Dans les faits, la plupart des hôpitaux savent déjà à peu près qui sont les réfractaires, car cela fait des semaines que les personnels sont incités à envoyer leur preuve de vaccination aux ressources humaines.

Au CHU d'Avignon on estime les non vaccinés à 3% du total des 3.500 agents par exemple, et on espère qu'une partie d'entre eux aura changé d'avis ce mercredi matin.

Des contrôles aléatoires pour la médecine libérale

Dans plusieurs autres hôpitaux on va faire un état des lieux dans les prochaines heures, et puis les personnels concernés devraient être convoqués pour un entretien avec la direction.

A l'hôpital de Pontarlier dans le Doubs, on explique qu'il y aura du dialogue, de l'humain, pour essayer de convaincre une dernière fois avant la suspension.

Pour la médecine libérale, en cabinet, c'est l'Agence Régionale de Santé qui est habilitée à faire les contrôles. En Nouvelle-Aquitaine, le directeur de l'ARS a déjà annoncé des contrôles aléatoires susceptibles de commencer en fin de semaine.

>>> A LIRE AUSSI - Obligation vaccinale des soignants: vers des perturbations à l'hôpital de Montélimar

Martin Cadoret (avec J.A)