RMC

Journée sans viande: "les gens ne font plus le lien entre leur steak et l'animal"

-

- - CC/Unsplash

Et si vous vous passiez de viande aujourd'hui pour la 33e édition de la journée sans viande? Alexandre, 36 ans, a passé le cap: il ne consomme plus de viande depuis 9 ans. Un choix que cet éducateur de l'Oise ne regrette pas. Il raconte à RMC.fr son passage au végétarisme.

Alexandre a 36 ans, il est végétarien depuis 9 ans:

"Depuis tout petit, j'ai toujours bien aimé les animaux. Je me suis rapidement posé des questions en essayant de faire le lien entre l'animal qu'on voit dans le pré et l'assiette. Avec Internet, c'était facile de faire des recherches, de trouver des images. Au fur et à mesure de mes recherches, j'ai décidé d'arrêter de manger de la viande.

A l'époque, c'était un peu moins courant de devenir végétarien. Quand je l'ai dit à mes parents, ils se sont dit que c'était une lubie et que ça me passerait. Mais les images m'avaient vraiment choquées, et je n'ai jamais retouché à un morceau de viande depuis.

On sait que la viande rouge accentue certains cancers et les maladies cardiovasculaires. On sait aussi qu'on retrouve des antibiotiques dans la viande. Et c'est une manière de préserver l'environnement. Les ¾ des champs sont utilisés pour faire de la nourriture pour les animaux, et pour produire un kilo de bœuf, il faut environ 15.000 litres d'eau!

Au début, c'était dur. Quand je voyais mes amis manger un kebab devant moi, parfois je salivais un peu. Mais avec le temps j'ai pris l'habitude. Si j'ai envie de viande, ça va durer un quart de seconde, maintenant je suis blindé.

"Mes amis me taquinent de temps en temps"

Je fais mes courses autrement, et il y a beaucoup plus de choix aujourd'hui que quand je suis devenu végétarien. Il faut aussi se mettre un peu à cuisiner, se documenter pour retrouver des protéines ailleurs que dans la viande. Pour les barbecues avec des amis, je m'organise: je ramène des brochettes de légumes marinés, on peut même trouver des merguez végétariennes. C'est une autre qualité de vie: je fais moins de cholestérol, j'ai perdu 5 kilos…

Mes amis me taquinent de temps en temps. Mais après les taquineries, les gens s'intéressent toujours à mon mode d'alimentation. Il y a parfois des réflexions qui m'agacent, quand on me dit que je suis un 'mangeur de graines' par exemple, mais ça m'agace quand c'est pour rabaisser la personne. J'ai même vu une page Facebook anti-végétarien, ça me fait rire.

Je pense qu'aujourd'hui avec les réseaux sociaux, l'information passe beaucoup plus vite qu'avant. L'association L214 est sur les réseaux et tout le monde peut les relayer. Je suis content de voir ces vidéos parce que je pense que les gens ne font plus le lien entre leur steak et l'animal. Donc ces vidéos informent les gens et je me dis que derrière ça va bouger".

Propos recueillis par Paulina Benavente