RMC

L'Autriche l'adopte, l'Allemagne en débat... Faut-il rendre la vaccination obligatoire en France?

La question fait débat en Europe, mais la France veut garder sa stratégie de ne pas vacciner obligatoirement ses concitoyens. Le bon choix?

Plusieurs pays franchissent le pas. Face à la forte reprise du Covid et l'arrivée du variant Omicron, faut-il rendre la vaccination obligatoire? Le variant Omicron inquiète l'Europe et le monde, et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a estimé mercredi que l'UE devrait avoir dès maintenant une "discussion" sur le sujet.

Plusieurs pays, dont l'Allemagne, envisagent cette mesure, longtemps jugée excessive et toujours loin de faire l'unanimité pour des raisons éthiques et pratiques. Et cela marque donc un tournant. Depuis l'arrivée des vaccins anti-Covid voici près d'un an, très peu de pays, parmi lesquels l'Indonésie et le Turkménistan, ont fait le choix de les imposer sans réserve à leur population.

Beaucoup, comme la France, ont privilégié la mise en place d'un pass sanitaire, une mesure déjà restrictive qui impose d'être vacciné ou testé négativement au Covid pour accéder à divers endroits comme les restaurants. Autre contrainte souvent retenue, la vaccination obligatoire pour des catégories particulières comme les soignants. Mais ces derniers jours, plusieurs pays, en particulier européens, ont annoncé leur intention de franchir le pas d'une obligation franche et totale. C'est le cas de l'Autriche, à partir de début 2022, et de l'Allemagne, où la mesure est au programme du futur gouvernement.

"Trop de gens ne se sont pas fait vacciner", a déclaré mardi le social-démocrate Olaf Scholz, qui va succéder la semaine prochaine à Angela Merkel et s'était pourtant opposé à la vaccination obligatoire pendant la campagne électorale.

Le gouvernement français, lui, évacue toujours cette possibilité. Mercredi, le porte parole du gouvernement, Gabriel Attal, a rappelé que la France n'allait pas mettre en place cette vaccination obligatoire. Pourtant, mercredi toujours, au micro de Jean-Jacques Bourdin, le Haut-commissaire au plan François Bayrou a assuré que "ce débat doit être ouvert".

Le gouvernement ne veut surtout pas modifier sa ligne sur la vaccination obligatoire

Dans l'UE, l'Autriche veut imposer la vaccination de la population adulte au 1er février 2022, l'Allemagne a annoncé mardi que la vaccination obligatoire allait faire l'objet d'une proposition de loi.

Mais en France, le gouvernement ne veut surtout pas modifier sa ligne sur la vaccination obligatoire. Refuser la vaccination obligatoire, c'est d'abord un choix stratégique, explique le gouvernement. Le pass sanitaire lancé cet été permet selon l'exécutif d'éviter cette vaccination obligatoire.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, insiste aussi sur les difficultés à appliquer des sanctions si une personne persiste à ne pas se faire vacciner. Pourtant des textes de lois sont préparés en Autriche et en Allemagne pour mettre en place cette obligation vaccinale dans les prochaines semaines.

Pas question pour Emmanuel Macron de se dédire

En France, le PS milite depuis plusieurs mois pour que le vaccin soit obligatoire, comme François Bayrou le patron du Modem. Mais pas question pour Emmanuel Macron de se dédire, un an après avoir juré que la vaccination ne serait pas obligatoire.

Et à quelques mois de la présidentielle, le chef de l'Etat ne veut surtout pas prendre le risque de relancer le mouvement anti-vax, alors que 6 millions de Français ne sont toujours pas vaccinés. 

Au sein de la population les avis restent partagés. "La vaccination est déjà presque obligatoire, on est dans un pays où les gens sont responsables. C'est important de faire confiance à chacun. Ce ne serait pas bon pour le climat social", nous explique Hortense, double vaccinée à Paris.

D'autres sont pour, comme certains chefs d'entreprise qui aimeraient que tout le monde soit en présentiel pour créer de l'émulation sur le lieu de travail.

Le débat sur cette question en tout cas, ne laisse pas indifférent. 

Pourtant, la vaccination obligatoire est en passe de devenir une réalité dans un territoire très éloigné de la métropole, la Nouvelle-Calédonie, où elle doit entrer en vigueur au 1er janvier 2022. Là encore, toutefois, se pose déjà la question de sa mise en pratique. A part pour certaines catégories - soignants, enseignants, personnes à risque de forme grave... - aucune amende n'est prévue. 

Romain Cluzel (édité par J.A.)