RMC

Laits infantiles contaminés: des parents lancent une action de groupe contre Lactalis

-

- - -

Alors que le gouvernement a ordonné dimanche un retrait massif de laits infantiles du groupe Lactalis en raison d'un risque de contamination par des salmonelles, 10 familles ont décidé de lancer une action de groupe contre Lactalis.

Le gouvernement a annoncé dimanche un retrait massif de laits infantiles du groupe Lactalis en raison d'un risque de contamination par des salmonelles, et exige des "mesures correctives" avant toute reprise de la production. Alors que Lactalis avait rappelé douze références de laits infantiles fabriqués dans son usine de Craon (Mayenne) le 2 décembre, le ministère de l'Économie et des Finances a publié dimanche une liste beaucoup plus importante, de plus de 600 lots, qui sont rappelés, interdits à la consommation et à l'exportation. 5 nouveaux cas de salmonellose ont été déclarés chez des nourrissons cette semaine, dont un qui avait consommé du lait de riz qui ne figurait pas parmi les produits rappelés initialement par le groupe.

C'en est trop pour les familles qui ont donné ces laits à leurs enfants. 10 familles ont décidé de lancer une action de groupe contre Lactalis, pour "mise en danger de la vie d'autrui". Une adresse mail a été créée pour regrouper les plaintes des parents: victimeslactalis@gmail.com.

"C'est la vie de nos enfants qui est en jeu"

Cindy est la maman de Johann, 4 mois, qui a été affecté par les diarrhées liées à la consommation d'un lot contaminé. Elle a décidé de rejoindre le collectif pour porter plainte contre Lactalis. "On n'a finalement aucun poids là-dessus, aucun contrôle. Rien du tout. Ça paraît léger en terme de sécurité de voir que notre enfant a pu boire ce lait pendant des semaines. J'estime qu'en tant que parents on doit avoir confiance en ce qu'on donne à nos enfants. On a donc décidé de porter plainte pour réclamer plus de sécurité à l'avenir".

Quentin, papa d'une petite fille de deux mois et demi, s'est lui aussi joint à cette plainte. "Je trouve hallucinant qu'on ait attendu une semaine pour stopper la production de ces laits-là et qu'on rappelle 600 lots. C'est dingue! Par précaution cela fait longtemps qu'on aurait dû le faire. C'est la vie des enfants qui est en jeu!".

P. G. avec Elise Bourgeon