RMC

"Le premier confinement avait été un véritable cauchemar": les familles d'enfants autistes redoutent la nouvelle fermeture des écoles

TEMOIGNAGE RMC - La fermeture des écoles devient parfois une épreuve pour ces enfants et adolescents très attachés à la routine. Parce que les habitudes les rassurent.

Le président de la République Emmanuel Macron en déplacement au nord de Grenoble en Isère ce vendredi. Une visite dans un établissement spécialisé dans la prise en charge des personnes souffrant des troubles autistiques à l'occasion de la journée mondiale de la sensibilisation à l'autisme.

Les enfants qui en souffrent sont particulièrement sensibles aux changements. Or le contexte a tout chamboulé.

Le regard plongé sur l'écran de son ordinateur, Mélissa a décidé d'écrire une lettre à Emmanuel Macron. "J’aimerai lui dire que je suis triste parce que j’aime bien aller à l’école", indique-t-elle. "Quand le président de la République a annoncé la fermeture des écoles, elle a passé une nuit blanche parce qu’elle était inquiète”, assure sa mère.

>> A LIRE AUSSI - Ecoles et crèches fermées: on vous explique le "couac" gouvernemental autour de la question des assistantes maternelles

Jacqueline explique que l'école est essentielle pour le développement de sa fille. C'est là-bas qu'elle se sociabilise.

"Ça a tellement été une bataille pour qu’elle soit scolarisée. Finalement, on fait machine arrière sur tout le travail qu’on a fait ces dernières années. Donc il y a vraiment une crainte de régression ainsi que sur l’apprentissage scolaire”, explique-t-elle.

Sur ce point. Contrairement au premier confinement, elle sera aidée tous les jours d'une assistante de vie scolaire. “Du coup, on va garder le même emploi du temps. À telle heure, elle commence par une matière, ensuite elle en fait une autre. L’après-midi, c’est le temps déjeuner”, détaille Jacqueline.

"L’école reste leur repère"

Une routine nécessaire pour éviter la perte de repères. Et pour donner un horizon, la date de rentrée est scrupuleusement notée dans le calendrier. “Je veux que ça réouvre vraiment à la date précise”, appuie Mélissa.

Mais toutes les familles n’ont pas la chance d’avoir une assistante de vie scolaire. C’est notamment le cas du fils d'Olivia Cattan, présidente de "SOS Autisme". Elle se souvient que le premier confinement avait été très difficile.

“Mon fils a très mal réagi parce que c’est vrai que le premier confinement avait été un véritable cauchemar du fait qu’on était aidé par personne. On n’avait plus de thérapeutes parce qu’ils ne voulaient plus venir à domicile. Pour ce confinement, on est peut-être un peu mieux préparé, et puis on peut sortir, on a d’autres avantages. 
Mais malgré tout, l’école reste leur repère et ils ont besoin de ce repère dans leur journée. On sait déjà qu’il n’aura que deux heures de cours par jour. Donc vous imaginez pour un parent d’enfant autiste qui est en télétravail, deux heures, c’est rien, qu’est-ce qu’il va faire toute la journée? Donc qu’est-ce qu’il va pouvoir faire pour s’occuper?”

La date de reprise des cours en présentielle est pour le moment fixée au 3 mai pour les collèges et les lycées.

Azaïs Perronin avec Guillaume Descours