RMC

Fermeture des écoles: le gros clash entre Olivier Truchot et Barbara Lefebvre

-

- - -

La fermeture des écoles a provoqué une grosse prise de bec entre Olivier Truchot et Barbara Lefebvre ce jeudi sur le plateau des "Grandes Gueules".

Ecoles fermées bis repetita. La semaine du 5 au 12 avril, "les cours pour les écoles, collèges et lycées se feront à la maison", a annoncé le président de la République mercredi soir. Elle sera suivie par deux semaines de vacances à partir du 12 avril, pour toutes les zones, avant une rentrée le 26 avril en physique pour les écoles et en distanciel, une semaine supplémentaire, pour collèges et lycées.

Le président a ainsi cédé aux sirènes des épidémiologistes et de nombreux enseignants qui jugeaient le protocole sanitaire inefficace alors que les contaminations sont en hausse dans les établissements scolaires. De l'autre côté, ce que les parents redoutaient le plus est malheureusement arrivé. De nombreuses voix se sont élevées pour pointer du doigt l'impossibilité de télétravailler en compagnie d'enfants à la maison tandis que certains craignent le décrochage scolaire. 

Certains enseignants regrettaient cette fermeture comme Stéphane, auditeur des "Grandes Gueules" et enseignant au Havre qui a assuré ce jeudi que les élèves de son lycée étaient en demi-jauge et que "tout fonctionnait".

>> A LIRE AUSSI - Le projet d'une ferme de 120.000 poulets divise: "Quand on est sept milliards sur Terre, on ne mange pas de viande tous les jours!"

"C'est faux ce que tu dis!"

"Et bien tant mieux pour vous", lui a assené Barbara Lefebvre, enseignante et favorable à la fermeture. "En région parisienne où le virus circule énormément, il n'y a pas de demi-jauge. Cela n'existe pas les demi-jauges", a-t-elle lancé remontée. De quoi faire rugir Olivier Truchot: "C'est faux ce que tu dis! Ce n'est pas partout!, Il n'y a pas que toi Barbara qui connaît des gens dans les lycée", lui a rétorqué l'animateur.

"Je connais des lycéens, à Paris, ils sont en demi-groupes. Les enseignants, je fais la distinction entre les syndiqués, dans un combat politique contre Jean-Michel Blanquer ! Je vois bien qu'il y a une volonté de régler son compte au ministre de l'Education nationale. La petite guéguerre entre les profs et Blanquer, on en a marre", a-t-il ajouté.

"Je ne suis pas syndiquée! Et mes collègues d'italien, d'Histoire-Géo, tu les connais? Et les élèves du lycée en face de chez moi? Et toi tu me parles de guéguerre contre Blanquer?", lui a rétorqué Barbara Lefebvre avant qu'Alain Marschall intervienne pour rétablir le calme sur le plateau.

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, la France est l'un des pays européens ayant connu le moins de semaines de fermeture d'écoles selon les dernières données du 2 mars compilées par l'Unesco.

>> A LIRE AUSSI - "Les conseillers proposent mais le roi décide": Emmanuel Macron agit-il tout seul?

La rédaction de RMC (avec AFP)