RMC

Le taux d'incidence supérieur à 400 en Île-de-France: un reconfinement désormais inéluctable?

1152 patients sont hospitalisés dans un état grave en réanimation. Les transferts de patients vers d'autres régions doivent se poursuivre toute la semaine.

On nous annonçait un mois de mars compliqué, et ça se confirme notamment en Île-de-France. Lundi, un seuil symbolique a été franchi: le taux d'incidence a dépassé 400 pour 100.000 habitants dans la région. Une limite fixée par le Premier ministre lui-même dimanche pour envisager un confinement.

Lundi, le président de la République Emmanuel Macron n'a pas écarté un reconfinement prochain. "Nous devrons sans doute prendre de nouvelles décisions dans les jours qui viennent" mais "de manière adaptée et proportionnée", a-t-il indiqué.

>> A LIRE AUSSI - Suspension du vaccin AstraZeneca: quelles conséquences pour la campagne de vaccination en France?

"On ne voit pas ce qu'on peut faire de plus à part le confinement", soupire une élue des Hauts-de-Seine. Le constat est implacable: toutes les mesures mises en place en Île-de-France ne suffisent clairement pas. Le taux d'incidence est alarmant et surtout, le nombre de personnes en réanimation dépasse désormais le pic de la deuxième vague.

Des doutes sur l'acceptation d'un nouveau confinement

Pour autant, plusieurs élus de la région s'interrogent sur l'intérêt d'un confinement. 

"Un confinement le week-end ne serait pas efficace, et pendant la semaine ça serait catastrophique pour l'économie", résume un élu du Val-de-Marne.

La plus grosse crainte, c'est qu'un nouveau confinement dans la région parisienne ne soit pas accepté par les habitants. "La lassitude est énorme", reconnaissent de nombreux responsables de la région.

Et si confinement il y a, plusieurs élus pensent déjà à la manière de l'appliquer, Valérie Pécresse, par exemple, milite pour que les marchés en plein air et les parcs restent ouverts.

Romain Cluzel avec Guillaume Descours