RMC

Mesures les plus efficaces contre le Covid-19: une nouvelle étude met en avant la fermeture de tous les commerces

LOUIS VA PLUS LOIN - Une étude scientifique parue dimanche en Angleterre, et qui répond à la question que tout le monde se pose: quelles sont les mesures les plus efficaces contre l'épidémie?

Quelles sont les mesures les plus efficaces pour faire reculer l’épidémie? L’interrogation est en apparence toute simple, pourtant elle a mobilisé pendant plusieurs mois une dizaine de chercheurs issus principalement des universités d’Oxford et de Cambridge. Ils ont étudié les décisions prises dans sept pays européens, la France n’en fait pas partie, entre le 1er août et le 9 janvier, des prémices de la deuxième vague à son reflux?

Et la mesure qui a eu le plus d’effets, c’est la fermeture de tous les commerces non-essentiels. Celle-ci a fait baisser de 30% le taux de transmission du virus dans les zones étudiées. Les auteurs insistent sur un point: tous les commerces doivent être fermés en même temps pour parvenir à ce chiffre. Si seuls les restaurants avaient été fermés, mais pas les magasins, par exemple, la baisse n’aurait été que de 10%. Ce qui veut dire que ce ne sont pas les lieux qui sont à risque en eux-mêmes, mais le brassage de population pour s’y rendre.

Les variants changent la donne

On le comprend d’autant mieux en arrivant à la deuxième restriction la plus efficace: l’interdiction des rassemblements, qu’ils soient publics ou privés, ou au moins leur limitation à deux personnes en intérieur, comme l’ont fait l’Allemagne ou la Belgique. Là aussi, la circulation du virus chute d’un tiers. Viennent ensuite, mais assez loin, l’instauration d’un couvre-feu en début de soirée, et l’obligation du port du masque.

La fermeture des écoles est la décision qui a produit le moins d’effet, alors qu’à l’issue de la première vague, les mêmes chercheurs avaient conclu exactement l’inverse. Qu’est-ce qui a donc changé en six mois ? Et bien l’école s’est adaptée, les cours en demi-jauge, les tests réguliers, l’aération des salles, l’isolement rapide des cas contacts, pratiqués dans la plupart des pays étudiés, ont porté leurs fruits.

Selon les chercheurs, "les mesures de sécurité et les changements de comportement dans le secteur de l’enseignement ont empêché l’apparition d’importants clusters”. Un bémol quand même, l’enquête a été conduite avant que les variants ne deviennent majoritaires en Europe, or on constate aujourd’hui que ce sont eux qui ont provoqué une hausse rapide du nombre de cas dans les écoles.

Louis Amar