RMC

On est encore bien soigné à l'hôpital public, mais ça se dégrade

Sommes-nous bien soignés à l'hôpital public? Oui, répond dans Bureau de vote ce mardi le professeur André Grimaldi, qui officie à la Pitié-Salpêtrière à Paris. "Mais les choses se détériorent", prévient-il, alors que le gouvernement présente son plan de "transformation du système de santé".

Sommes-nous bien soignés à l'hôpital public? Alors que le gouvernement présente ce mardi son plan de "transformation du système de santé", et que l'hôpital est en "burn out", Bureau de vote a posé la question à André Grimaldi, professeur émérite de diabétologie à la Pitié-Salpêtrière à Paris. "Nous sommes encore bien soignés, même s'il y a des endroits où cela n'est pas si bien que cela. Mais les choses se détériorent", explique le professeur. "Comment pensez-vous être bien soignés quand les congés maternité ne sont pas remplacés? Quand le taux d'absentéisme augmente de 25%? Quand le turn-over augmente? Or, qu'est-ce qui fait qu'on est bien soigné: c'est qu'il y a une équipe qui travaille ensemble, qui est stable et se connaît."

"Le taux d'erreur augmente"

Conséquence, selon le Professeur Grimaldi, "le taux d'erreur augmente, notamment dans la distribution et la prescription des médicaments". "Parfois il peut y avoir un drame mais le plus souvent ça se récupère, et l'espèce humaine est résistante. Tout cela est imperceptible, il peut y avoir un scandale à un moment, mais globalement il y a une détérioration", des soins à l'hôpital public alerte le professeur.

P. G. avec J-J. Bourdin