RMC

"On n'a pas tant de candidats que ça": la vaccination s'ouvre aux enseignants et policiers de plus de 55 ans sans grand succès

Plusieurs voix s'élèvent pour s'étonner du timing de l'ouverture de la vaccination aux plus de 55 ans de plusieurs professions, notamment les enseignants, en pleines vacances scolaires.

Des salles d'attente vides, des rendez-vous disponibles le jour-même, dans le centre de vaccination de Saint-Priest près de Lyon, dédié aux personnels prioritaires, chacun explique le manque d'affluence à sa façon: "C'est les vacances. On devait tous êtres plus ou moins confinés, certains sont peut-être partis à l'extérieur de Lyon", assure une personne venue se faire vacciner. "Les gens n'ont pas eu l'info. C'est arrivé sur nos boîtes mails professionnels, vendredi soir ou samedi donc tardivement", assure une autre.

Les policiers, enseignants ou personnels de la petite enfance de plus de 55 ans peuvent depuis ce weekend bénéficier de "créneaux dédiés" pour se faire vacciner. 400.000 personnes sont concernées, mais force est de constater que l'affluence n'était pas au rendez-vous. Et Saint-Priest n'est pas un cas isolé.

Le critère d'âge excluant?

À Saint-Germain-en-Laye dans les Yvelines, 1000 doses de vaccin étaient prévues pour les personnels prioritaires ce dimanche: "On n'a pas tant de candidats que ça. On en a une cinquantaine, et on pensait en avoir beaucoup plus", déplore Priscile Peugnet adjointe au maire.

Pour Benjamin Granden, enseignant et délégué syndical SNUIPP FSU du Rhône, le critère d'âge a exclu trop de monde: "Il n'y a pas de prise en compte particulière de cette profession sinon tous les enseignants ou tous les personnels de l'Éducation nationale auraient été autorisés à être vaccinés".

Il demande que tous les enseignants soient vaccinés sans critère d'âge avant la réouverture des établissements. Une décision qui pourrait permettre de remplir les centres de vaccination. L'un d'eux a même dû fermer en milieu de journée samedi à Nice faute de candidats: 58 personnes se sont présentées le matin pour 4.000 doses.

>> A LIRE AUSSI - Vers une dose annuelle de vaccin contre le Covid-19? "C'est plausible, il faut être prêt à faire des rappels", assure Alain Fischer

Lucie Nolorgues (avec Guillaume Dussourt)