RMC

"On ne peut pas se laver les mains, il n’y a pas de savon": les collèges et lycées mal équipés face au coronavirus

Les collèges de France sont mal équipés pour lutter contre le coronavirus. A Paris, les collégiens amènent eux-mêmes leur savon et leur gel hydroalcoolique.

Pénurie de savon, robinets cassés, manque de propreté le ministre de l'Education nationale a reconnu mardi que les sanitaires n'étaient pas "au niveau" en milieu scolaire, compliquant le respect des consignes d'hygiène face au coronavirus.

C’est le cas dans le collège parisien d’Issam et ses amis, tous en quatrième. Si ils ont bien compris les consignes d’hygiène, il manque un produit essentiel dans les toilettes de leur établissement : "On ne peut pas se laver les mains, il n’y a pas de savon. On met juste de l’eau mais ça ne protège pas du coronavirus. On achète alors notre propre savon", explique Issam.

Les collégiens se débrouillent un peu tout seul. Youssef, 14 ans, ramène son gel hydroalcoolique: "Je suis obligé de venir avec mon propre gel parce qu’il n’y en a pas", explique celui qui assure régulièrement la distribution à ses camarades.

72% des collèges concernés

Ce manque de savon dans les collèges et les lycées est un problème récurent. Avec cette épidémie de coronavirus, il faut maintenant des mesures rapides: "J’ai demandé à ce que l’on puisse avoir du savon et des bombonnes de solutions hydroalcooliques notamment à l’entrée de la cantine", assure Frédérique Rolet, secrétaire générale du SNES-FSU, le premier syndicat enseignant du second degré. "Il y a urgence si on ne veut pas passer au stade 3, c’est-à-dire à une épidémie d’un grand nombre de jeunes et de personnel".

Le ministre de l'Education Nationale a déjà promis de prendre le sujet à bras le corps et de faire, avec les collectivités locales, des propositions volontaristes. En 2017, le Conseil national d'évaluation du système scolaire (Cnesco) soulignait notamment que dans 72% des collèges les chefs d'établissement avaient été interpellés sur les dégradations dans ces locaux, et 62% sur l'approvisionnement en produits hygiéniques

Rémy Ink (avec Guillaume Dussourt)