RMC

Pass sanitaire: celles et ceux ne pouvant pas se faire vacciner dénoncent une "double peine"

Alors que le pass sanitaire s'est élargi à plusieurs lieux en France, des personnes atteintes d'une maladie rare ne peuvent pas se faire vacciner. Elles attendent une dérogation du gouvernement.

Comment obtenir son pass sanitaire quand la vaccination est contre indiquée pour raison médicale ? En raison d'une maladie rare, plusieurs centaines de Français ne peuvent pas recevoir d’injection contre le Covid-19. Les effets secondaires seraient trop importants pour eux.

Parmi les personnes exemptées, sont concernées notamment toutes celles chez qui s’est déclaré un effet secondaire "d’intensité sévère ou grave" après la première dose de vaccin, celles ayant un "antécédent d’allergie" à l’un des composants du sérum mais aussi les personnes ayant déjà été victimes du syndrome de fuite capillaire.

Dans un décret, publié le week-end dernier, cette liste dispense donc toutes les personnes concernées du pass sanitaire. Mais pour certains, les cas de figure cités sont encore trop limités.

"Je n'ai pas envie de me rendre plus malade"

Atteinte du syndrome de tachycardie posturale, une maladie cardiaque et nerveuse rare, Gery Nucci n'est pas concernée par la dérogation. La balance bénéfice risque de la vaccination lui est pourtant défavorable.

"Il y a 77% de chance que l’injection aggrave encore plus mon système nerveux. Je n’ai pas envie de me rendre plus malade", déplore-t-elle.

Résultat : pour sortir boire un verre ou accompagner sa fille à la piscine, la femme multiplie les tests de dépistage.

"Si ma fille veut vraiment sortir tous les jours, ben je vais devoir en faire toutes les 72 h… J’ai le sentiment d’être mise de côté, plante Gerry Nucci. En plus, les gens jugent. Ils pensent tout de suite qu’on est anti-vaccin. C’est juste qu’on n’a pas envie volontairement de dégrader notre état."

LIRE AUSSI >> Tests Covid payants à la mi-octobre: ces Français qui continueront à se faire tester malgré tout

Une pétition à l'adresse d'Emmanuel Macron

Comme elle, Carla Vergellati dénonce ce décret qu'elle juge largement sous-estimé. Atteinte du syndrome de l’homme de pierre, elle ne peut pas recevoir d’injection depuis l’âge de ses deux ans.

"Je ressens la double peine : celle de ne pas pouvoir bénéficier du vaccin et celle de l’exclusion sociale. Au final, ma vie sociale ce sera de rester gentiment enfermée à la maison et d’attendre que tout cela passe. Ça va être très compliqué moralement et quand ça touche le moral, ça touche le physique, les douleurs... tout le reste."

Pour alerter les pouvoirs publics, Carla Vergellati a lancé une pétition en ligne à l’adresse d’Emmanuel Macron. Elle recueille déjà près de 20.000 signatures.

Cyprien Pézeril (avec Léa Coupau)