RMC

"Pour l'instant, on fait preuve de pédagogie": comment se déroulent les contrôles de police pour ce reconfinement?

Vendredi, pour le premier jour du nouveau confinement, la tolérance était de mise durant les contrôles de police sur les attestations, mais les agents séviront ensuite.

Qui dit reconfinement dit retour des attestations de déplacement. Depuis vendredi, les Français doivent à nouveau signer une attestation sur l'honneur pour quitter leur domicile. 

Comme au printemps, plusieurs motifs sont valables comme aller travailler, faire ses courses de première nécessité ou encore aller chez le médecin. L'attestation est toujours téléchargeable sur le site du ministère de l'intérieur ou disponible sur l'application Tous Anti-Covid. 

135 euros pour la première amende

Pour ceux qui doivent se rendre au travail, l'employeur a la possibilité de délivrer une attestation permanente. Les personnes qui sortent sans cette attestation risquent 135 euros d'amende. En cas de récidive dans les 15 jours, la sanction est portée à 200 euros d'amende. Elle peut atteindre 3.750 et 6 mois d'emprisonnement pour les multirécidivistes, verbalisés 3 fois en 30 jours.

Vendredi, les forces de l'ordre ont commencé à contrôler les Français. Dans une rue passante de Paris, un douzaine de policiers et toujours la même question: "Bonjour messieurs-dames, contrôle de l'attestation s'il-vous-plaît."

"Assurez-vous la prochaine fois de bien vérifier après l'avoir générée, où elle s'enregistre dans le téléphone"

Deuxième personne contrôlée et déjà un problème: impossible pour Françoise de retrouver son attestation dans son téléphone.

"Je ne me suis pas encore rôdée à mon téléphone. Mais je suis sûre que je l'ai téléchargée", assure-t-elle. "On va vous laisser repartir mais assurez-vous la prochaine fois de bien vérifier après l'avoir générée, où elle s'enregistre dans le téléphone", lui répond le policier.

Sur le trottoir d’en face, Nicolas est en règle pour sa balade. Les réflexes du premier confinement sont encore là. "On l'a fait pendant trois mois, on a nos habitudes. C'est un peu contraignant, mais c'est un mal nécessaire"

"L'idée est surtout d'apprendre aux gens comment bien remplir l'attestation"

Aux commandes de l’opération de contrôle, le commissaire de police Elias. Et aujourd’hui le mot d’ordre est claire.

"On s'attache à faire preuve de pédagogie, de discernement. L'idée est surtout d'apprendre aux gens comment bien remplir l'attestation et aussi de rappeler les subtilités entre les différentes dérogations."

Vous l’aurez compris pas de contravention aujourd’hui. Mais cette souplesse ne dura qu’un temps. Au-delà du week-end le commissaire commencera à sanctionner. 

Benjamin Pelsy (avec J.A.)