RMC

Saturation des services de réanimation: le "semi-confinement" a-t-il eu un effet?

La situation reste très tendue, notamment en île-de-France, dans les hôpitaux.

La situation dans les hôpitaux d'Île-de-France pourrait devenir critique dans les prochains jours selon des projections de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris. Si un confinement dur n'est pas mis en place dès jeudi, 230 patients Covid-19 seront hospitalisés quotidiennement en Île-de-France selon l'AP-HP, c'est deux fois plus qu'aujourd'hui.

Dans la région 1.525 personnes sont en soins intensifs, c'est 41 de plus que lundi, du jamais-vu depuis mai 2020. Avant de prendre d'éventuelles mesures supplémentaires, l'exécutif tient a analyser les dernières données pour savoir si les récentes mesures de confinement prises dans 19 départements, dont l'Île-de-France, sont efficaces.

"Manifestement ça n'a pas d'impact sur le nombre de nouvelles contaminations"

Alors est-ce que ce confinement partiel décidé il y a deux semaines produit des effets dans les hôpitaux? Pour certains spécialistes, comme le professeur Bertrand Guidet, qui dirige le service de médecine intensive et réanimation de l'hôpital Saint-Antoine à Paris, on a aujourd'hui suffisamment de recul pour les éviter.

"Manifestement ça n'a pas d'impact sur le nombre de nouvelles contaminations. Et donc ça va se traduire inéluctablement par une augmentation de la demande d'hospitalisations en réanimation.
Si rien de supplémentaire n'était fait, on ne pourra pas prendre tout le monde, et donc un certain nombre de malades pourraient avoir des pertes de chance car ils ne pourront pas être admis en réanimation qui sont pleines malgré les efforts d'augmentation du nombre de lits."

Mais force est de constater que tous les médecins ne sont pas sur la même ligne. Autre réanimation, celle du Kremlin-Bicêtre. Pour Jean-Louis Teboul, le chef de service, un confinement plus dur n'est pas une fatalité.

"Il y a en effet un afflux de patients mais qu'on saura, en se réadaptant, on pourra peut-être le surmonter, c'est tout ce que j'espère."

Quoi qu'il arrive, la situation dans les hôpitaux sera très compliquée dans les 15 prochains jours.

Florian Chevallay (avec J.A.)