RMC

Vaccination Covid-19: pourquoi les médecins réclament l'accès aux fichiers des patients

La campagne vaccinale marque un temps d'arrêt et les primo injections sont en baisses depuis plusieurs jours.

La moitié des Français ont désormais reçu au moins une dose de vaccin. Et pour anticiper l'augmentation des cas du variant Delta sur le territoire, ce sont nos médecins traitants qui vont battre le rappel pour les récalcitrants qui ne sont pas vaccinés. Les médecins généralistes pourront bientôt savoir si on a reçu ou non le vaccin contre le Covid.

Ils auront accès à une liste, c'est en tout cas ce qu'a indiqué hier le ministre de la Santé Olivier Véran qui a précisé que la CNIL, qui contrôle l'accès à nos données personnelles, allait rendre demain un avis favorable.

>> A LIRE AUSSI - Covid-19: faire payer les tests PCR et antigéniques... pour favoriser la vaccination?

Car pour l’instant, impossible pour le Dr Yannick Frezet de savoir qui a reçu un vaccin anti-COVID parmi ses patients.

“J’ai 2008 patients médecin-traitant déclarés au régime général. Et j’ai fait 120 vaccinations. Le gros problème, c’est que je n’ai aucune vue sur les 1880 restants. Je ne sais absolument pas s’ils ont été vaccinés ou pas”, indique-t-il.

Pas de risque de fuite?

Ce médecin traitant demande donc à pouvoir connaître l'identité des non vaccinés pour les rappeler et les convaincre. “Il ne faut pas laisser de trous dans la raquette. Les plus fragiles, on ne doit pas les laisser sans vaccination donc c’est aussi les repérer pour ceux qui, quelque soit la raison, sont passés au travers”, assure-t-il.

Mais la mesure divise, même au sein des Français déjà vaccinés. "Ça va saouler les gens, ils vont en avoir marre, ils vont bloquer le téléphone avec le médecin”, “Je peux comprendre que certaines personnes n’aient pas forcément envie qu’on les flique là-dessus”, indiquent ces personnes.

Mais le Docteur Frezet l'assure, il n'y aura aucun risque de fuite des données.

“Nous connaissons les dossiers médicaux de nos patients. Donc il n’y a pas de trahison. Et notre code de déontologie nous soumet au secret professionnel donc ces données-là de nos cabinets”, précise-t-il.

Jusqu'ici, la CNIL a toujours refusé la diffusion de ces listes, notamment lors des campagnes de vaccination contre la grippe.

Gwenaël Windrestin avec Guillaume Descours