RMC

Suicidez-vous: la rage d'un policier sur RMC après les cris lancés par des gilets jaunes

Pour les policiers de terrains qui ont perdu un collègue, ce type de propos représente une provocation. Certains admettent même qu'ils sont susceptibles de les faire déraper.

Les chants de certains "gilets jaunes", qui ont adressé des "suicidez-vous" aux policiers lors de l’acte 23 à Paris, ont choqué. Condamnés par la classe politique et les syndicats de police, ces propos ont profondément marqué les membres des forces de l’ordre. 

En effet, la profession fait face depuis deux ans à une vague de suicides sans précédent. Pas moins de 28 policiers se sont donnés la mort depuis le début de l’année 2019. Alors, entendre ça dans une manifestation, certains fonctionnaires ne peuvent pas l’accepter. Olivier est en première ligne presque chaque samedi face aux gilets jaunes et aux casseurs. Pour l’acte 23, il n’était pour une fois pas sur le terrain, mais sa colère reste la même face aux appels au suicide dirigé vers ses collègues.

"J’ai vu ça à la télé, j’ai coupé direct parce que ça m’a mis la rage. C’est un manque de respect envers les collègues et surtout envers la famille, les femmes, les enfants", affirme-t-il. 

"Ils appuient sur le point faible"

Il a lui-même perdu un collègue proche, il y a un mois. Ce dernier s'est tué avec son arme de service. "Ça me replonge en arrière, parce qu’on y pense. Ils appuient sur le point faible. Chaque policier en France a pensé au moins une fois à commettre ce geste même s’il ne l’a pas fait, moi le premier", confie le policier. 

Ces appels au suicide sont des provocations qui aurait pu le faire déraper, indique Olivier. 

"En ayant perdu un collègue très récemment, plus la fatigue et tout ça, le mec, j’aurais eu qu’une envie, c’est de le prendre et de lui faire sa fête parce qu’à un moment, on est des êtres humains, pas des machines ou des robots", concède le fonctionnaire. 

Avec la fatigue, les insultes Olivier ne les supporte plus comme beaucoup de ses collègues, il est d'ailleurs en arrêt maladie.

Gwladys Laffitte avec Guillaume Descours