RMC

Après des pertes historiques, voici comment la SNCF compte se relancer

EXPLIQUEZ-NOUS - Après une année 2020 difficile marquée par la grève des transports puis la crise du coronavirus, la SNCF affiche une perte historique de 3 milliards d’euros à cause d’une baisse du trafic de 50%

Comment la SNCF compte se relancer ? Le projet porte le nom de code OSLO. Selon les informations de la newsletter spécialisée Mobilettre, la SNCF envisage de se détacher du tout TGV pour ouvrir à partir de 2022 de nouvelles liaisons sur des lignes classiques.

Plus lentes, et donc moins chères ! Avec par exemple un trajet Paris-Lyon-Marseille, ou encore Paris-Bordeaux en utilisant les vieilles rames Corail, 40 ans d’âge en moyenne. La formule existe déjà sur quelques lignes sous le nom "Intercités 100% Eco" avec par exemple sur un trajet Paris-Lille le week-end, des billets à 10 euros.

"Le choix du train.. est un choix pour la planète."

Pour ce prix-là le train sera à peine plus rapide que le même trajet en voiture. Mais la SNCF a d’autres arguments. Jean-Pierre Farandou, le patron de la SNCF, compte mettre l’accent sur la dimension écologique du rail français. "Le choix du train.. est un choix pour la planète."

Le message est clair : en matière de développement durable le train est tout simplement intouchable. Voyager en TGV émet 50 fois moins de CO2 qu’en voiture et 80 fois moins qu’en avion. A l’heure des préoccupations écologiques la SNCF a très bien compris qu’il fallait en faire un argument marketing.

Pour faire passer le message, le rail français a choisi pour ambassadeur une figure associée à l’écologie: le skipper François Gabart, deux fois vainqueur du Vendée Globe.

La SNCF a des arguments a faire valoir. Le nouveau modèle de TGV prévu pour 2024, réduira encore d’un tiers les émissions de gaz à effet de serre par passager.

Aujourd’hui, près de 90 % des déplacements se font en voiture, le PDG de la SNCF espère bien venir grignoter la part du routier. Ne serait-ce que de quelques points.

Le retour du train de nuit

Emmanuel Macron l’avait annoncé le 14 juillet dernier, la SNCF s’apprête aussi à relancer les trains de nuit. Et pourtant on peut dire que c’était une espèce en voie d’extinction. Seules deux lignes avaient survécu jusque-là : Paris-Briançon et le Paris-Tarascon-Latour-de-Carol. A son apogée à la fin des années 70 les trains de nuits desservaient pourtant pas moins de 550 gares et puis le TGV était passé par là redessinant la carte ferroviaire.

Dès le mois d’avril, la SNCF relancera le fameux "train bleu" qui permet de s’endormir à Paris à 21h et d’arriver à Nice peu après neuf heures le lendemain. La vente des billets a été lancée jeudi. Comptez 19 euros en siège incliné, et 29 en couchette de seconde classe.

Problème avec les règles sanitaires il faudra vous organiser avec vos camarades de compartiment, pour dormir en position tête bêche.

Pour faire revenir les clients la SNCF va aussi devoir clarifier son offre. i fait un petite recherche pour vous hier soir : Actuellement.. il existe pas moins de 5 applications mobiles de la SNCF, on n'y comprend pas grand chose. Mais rassurez-vous, tout ça va être refondu en une application unique.

L’algorithme chargé de fixer les prix sera lui aussi actualisé et les tarifs des billets seront, on peut l’espérer plus lisibles et clairs pour les clients. La SNCF réfléchit aussi à mettre en place un abonnement dédié aux voyageurs d’affaires. Même si avec le développement des visioconférences et du télétravail, l’entreprise sait d’ores et déjà que cette clientèle ne reviendra pas au même niveau qu’avant la pandémie.

Fabien Randrianarisoa (avec J.A.)