RMC

Cette voie de circulation réservée au covoiturage est une première en France

Inédit : une voie de circulation réservée au covoiturage

Inédit : une voie de circulation réservée au covoiturage - -

A l'un des postes frontières franco-Suisse, une voie de passage à la douane est désormais réservée à ceux qui font du covoiturage. L'objectif? Inciter les travailleurs frontaliers à ne pas prendre seuls leur voiture.

Entre la Haute-Savoie et Genève, les autorités suisses et françaises se sont associées pour tester ce dispositif pendant une année.

Certes, cette voie réservée aux véhicules adeptes du covoiturage ne fait pour le moment que "500m"’, mais elle a déjà son lot de satisfaits.

Antoine travaille à Genève et chaque matin il reste coincé vingt minutes à la frontière. Alors une voie réservée aux voitures avec au minimum deux personnes à bord, il trouve donc l'idée plutôt intelligente:

"Ca incite à faire du covoiturage, à prendre ce genre d’initiative pour un petit peu diminuer le nombre de véhicule sur la route et surtout au niveau des douanes et à l’entrée de Genève".

"Qu'on embête 90 % des conducteurs..."

En revanche, Nicolas, qui quotidiennement fait le trajet Annecy-Genève, reste plus perplexe. Il n’est pas contre le covoiturage mais ne comprend pas l'intérêt sur une si petite distance à un endroit qui fait goulet d’étranglement:

"Que les gens qui fassent du covoiturage gagne du temps ça me parait tout à fait normal[…] Mais qu’on embête 90 %(des conducteurs), 10 % faisant du covoiturage le reste étant tout seul, ca parait plus discutable" juge t-il. 

Pour marquer son incompréhension, il a déjà sa petite idée: "Je vais marquer mon objection et j’attends avec intérêt la première autorité qui pourra me verbaliser". 

Une expérimentation bientôt étendue ?

La députée de Haute-Savoie,Virginie Duby-Muller, espère que cette expérimentation permettra d’aller encore plus loin: ‘"Aujourd’hui vraiment, on est à un premier stade mais l’idée ce serait éventuellement de l’élargir et pourquoi pas sur des autoroutes"’. Pour cela, il faudra apporter des modifications à la législation française qui ne le permet pas actuellement: "Un travail devra être fait pour autoriser ces voies de covoiturage" avance l’élu.

A la douane de Thônex-Vallard, il est enregistré près de 33.000 trajets quotidiens. Sur 500 mètres, l'expérimentation devrait permettre "un gain de temps de 33%" au passage de la douane selon le réseau autoroutier ATMB (Autoroute et Tunnel du Mont-Blanc) et l'Etat de Genève, partenaires sur le projet.

Jeremy Lannuzel & J.V