RMC

Le coup de gueule d'un conducteur de saleuse contre les automobilistes

Le travail a été bien fait, s'est défendu ce mercredi dans Bourdin Direct Jérôme, conducteur de saleuse à Paris, au lendemain d'une journée noire sur les routes d'Ile-de-France à cause des chutes de neige.

Mais où sont les saleuses? C'est la question que se sont posés les automobilistes mardi soir alors que la route devenait de plus en plus impraticable au fil des heures, provoquant des embouteillages monstres (739 km de bouchons en Ile-de-France, record pulvérisé). Plusieurs centaines d'automobilistes ont même passé la nuit dans leur voiture ou dans des gymnases en Ile-de-France.

Pointé du doigt par les automobilistes, Jérôme, conducteur de saleuse à Paris, a appelé Bourdin Direct ce mercredi pour se défendre, après avoir travaillé toute la nuit. Il explique: "On repasse souvent au même endroit. Hier on est repassé dans des rues 45 minutes après un premier passage, et c'est comme si on n'y était jamais passé. Quand la neige tombe, tombe, et tombe encore par-dessus, on reprend vite des centimètres et on a l'impression qu'on n'est pas passé. Les gens râlent mais ils devraient regarder le travail qui est fait".

"Les automobilistes doivent se remettre en question"

Jérôme pointe aussi du doigt le comportement de certains automobilistes impatients qui gênent le travail des saleuses. "Les automobilistes doivent se remettre en question. La saleuse pour qu'elle fonctionne, il faut qu'elle avance avec un minimum de 10 – 20 km/h. Quand les gens s'obstinent à prendre leur voiture, à nous doubler pour passer devant la saleuse et après finissent en travers de la route, forcément ils nous bloquent. On ne peut plus passer, la neige s'accumule et cela devient vite une galère".

P. G. avec J-J. Bourdin