RMC

"On peut faire 30% d'économies par rapport à l'essence ou au gazole": pourquoi le GPL est une bonne alternative

Le GPL est pour le moment très peu impacté par la hausse des prix de l'énergie. Son prix attractif peut en faire une bonne alternative à l'essence et au diesel, dont les prix explosent.

Alors que les prix de l'essence augmentent, les Français se tournent vers des carburants alternatifs moins chers. Si l'on parle beaucoup du bioéthanol notamment, le GPL permet aussi de faire de belles économies alors que les prix de l'essence et du gazole s'envolent. La preuve, en 2021, 46.420 véhicules neufs roulant au GPL ont été vendus, soit trois fois plus qu'en 2020.

Et pour cause. "On peut faire 30% d'économies par rapport à un plein d'essence ou de gazole", assure ce mercredi sur RMC Joël Pédessac, directeur général de France Gaz Liquides. Mais attention, le conte de fée pourrait ne pas durer. Car le GPL est un mélange de gaz et d'essence. Et les prix du gaz, justement, sont aussi en forte augmentation.

Des stations assez rares

Mais l'atout du GPL, c'est d'être un mélange d'essence et de gaz propane, un gaz qui n'est pas importé de Russie. "Le marché est fortement chahuté, le GPL aussi, on est passé de 80 centimes le litre à 92 aujourd'hui, ça va continuer à bouger mais on n'est pas dans les mêmes amplitudes que l'essence et le gazole", veut rassurer Joël Pédessac.

"Un véhicule GPL roule au gaz et à l'essence. Soit vous achetez un véhicule neuf ou d'occasion, soit vous avez un véhicule essence pas trop vieux que vous pouvez faire équiper, comme ce qu'il se fait sur du bioéthanol. Il y a des entreprises qui font la transformation, ce qui coûte entre 2.000 et 3.000 euros. C'est rentable au bout de 25.000 kilomètres. Il faut être un gros rouleur ou considérer qu'on va garder son véhicule au moins cinq ans", précise Joël Pédessac.

Seul bémol, faire son plein est moins onéreux mais peut s'avérer compliqué, alors qu'on recense 1.500 stations distribuant du GPL en France, soit 1 station sur 7 seulement.

>> A LIRE AUSSI - Guerre en Ukraine: Joe Biden annonce un embargo américain sur les importations de pétrole et de gaz russes

Guillaume Dussourt