RMC

Pourquoi les tensions entre l'Ukraine et la Russie pourraient provoquer une crise énergétique en France

La crise entre l'Ukraine et la Russie pourrait faire exploser les prix du pétrole et du gaz en France. La Russie est le deuxième exportateur de pétrole au monde. Mardi, le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a assuré que les répercussions économiques seraient "contenues".

Cela peut sembler quelquefois éloigné, mais les fortes tensions entre l’Ukraine et la Russie pourrait nous concerner directement en France. En effet, la crise russe fait craindre une crise énergétique en Europe. L'UE importe 40% de gaz russe, et environ 30% de pétrole russe.

La première conséquence directe, de cette crise, c'est l'augmentation du prix du pétrole. Les prix s'envolent, pour atteindre près de 100 dollars le baril. La Russie est le deuxième exportateur mondial de pétrole et des perturbations de l'approvisionnement sont redoutées.

Si la crise dure, en France, les prix du carburant déjà très hauts pourraient encore grimper. En revanche, pas de pénurie en vue, car la Russie compte seulement pour 13% des importations de pétrole en France, selon les spécialistes. Il est possible de s'approvisionner ailleurs.

>> A LIRE AUSSI - "Hors-sol", "utilisé par Poutine"... quand la crise ukrainienne permet à l'opposition de taper sur Emmanuel Macron

Des solutions de secours

Concernant le gaz, la France s'approvisionne surtout en Norvège, et est donc moins dépendante au gaz russe que ses voisins européens. Mais s'il venait à manquer cela pourrait tout de même avoir des conséquences, explique Jacques Percebois, économiste spécialiste de l'énergie.

“Pour l’instant, on est à la sortie de l’hiver donc on a encore des réserves dans les stockages, mais il va falloir reconstituer ces stocks. Donc ça veut dire qu’il faut se tourner vers des substituts. Bien sûr, il y a le Qatar, les Etats-Unis… Mais encore faut-il trouver les bateaux pour transporter le gaz”, appuie-t-il.

Le spécialiste pense toutefois que la Russie a besoin de l'argent européen et n'a aucun intérêt à couper les approvisionnements en gaz.

Martin Cadoret avec Guillaume Descours