RMC

"Hors-sol", "utilisé par Poutine"... quand la crise ukrainienne permet à l'opposition de taper sur Emmanuel Macron

Depuis plusieurs jours, on a l'impression qu'Emmanuel Macron ne parle plus que du conflit entre la Russie et l'Ukraine. Et pour cause, la situation est particulièrement tendue. Mais pour l'opposition, Emmanuel Macron aurait été "roulé dans la farine" par Vladimir Poutine.

En pleine campagne, la crise en Ukraine n'est qu'une occasion de plus de taper sur Emmanuel Macron. Le président de la République s'est personnellement engagé dans ce dossier. Il multiplie les coups de fil avec ses homologues, et se déplace même jusqu'à Moscou, pour rencontrer Vladimir Poutine la semaine dernière pour négocier.

Mais pour Jean-Luc Mélenchon, le candidat de La France Insoumise, le président français a été “utilisé” par son homologue russe.

“On a quand même l’impression d’un énorme gâchis. On se demande quel rôle à joué le président de la République française et s’il n’a pas été utilisé par monsieur Poutine comme un leurre", indique-t-il.

Mais aussi Nicolas Dupont-Aignan et le patron de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde. “Il n’y a pas de clarté chez Emmanuel Macron, il a gesticulé, il a fait l’intéressant”, lui reproche le président de Debout la France. “Après son échec au Liban, après le Mali qu’on doit quitter piteusement, ça fait beaucoup pour la France”, assure le deuxième.

>> A LIRE AUSSI - Ukraine: l'Otan s'attend à une attaque de grande envergure de la Russie

Réunion avec les présidents de groupes vendredi

Comme Marine Le Pen, l'ancienne marcheuse Frédérique Dumas estime qu'Emmanuel Macron se sert de cette crise pour mieux entrer en campagne.

“Je pense qu’il est, je suis désolé de dire ça, hors-sol. Si Emmanuel Macron voulait jouer un rôle, il aurait dû jouer un rôle de l’ombre. On s’en fiche un peu qu’il parle pendant 1h45 à Poutine”, indique-t-elle.

De quoi faire bondir les marcheurs et notamment leur porte-parole Pieyre-Alexandre Anglade.

“On n’a pas beaucoup de leçons à recevoir de ces gens-là. Ils sont les relais dans les médias, dans les débats politiques, des positions du Kremlin. Marine Le Pen est depuis très longtemps la porte-parole de Vladimir Poutine en France”, appuie-t-il.

Espérant calmer le jeu, le Premier ministre Jean Castex a proposé de recevoir les présidents des groupes politiques vendredi.

Paul Barcelonne avec Guillaume Descours