RMC

Prix du train: pour Jean-Baptiste Djebarri, c'est toujours "trop cher" pour le consommateur

L'ancien ministre des Transports Jean-Baptiste Djebarri a estimé ce mardi sur le plateau des "Grandes Gueules", sur RMC et RMC Story, que les prix du train seront toujours trop cher pour le consommateur, se félicitant des politiques de prix mises en place par la SNCF.

163 euros pour un aller-retour Paris-Bordeaux le week-end du 19 août, 151 euros l'aller-retour Lyon-Nice et 158 euros l'aller-retour Paris Marseille: les prix des billets de train en cette période estivale n'ont jamais paru aussi cher alors que le gouvernement appelle à la sobriété énergétique et encourage l'utilisation du réseau ferré.

"Pour venir de chez moi à Paris sans réduction, c'est 200 euros l'aller-retour. Comparé avec ma voiture, y compris avec le gasoil à 2 euros, je fais un aller-retour moins cher", peste ce mardi sur le plateau des "Grandes Gueules", sur RMC et RMC Story, l'agriculteur Didier Giraud. "Le train n'est pas compétitif par rapport à l'avion et la voiture", déplore-t-il.

Mais l'ancien ministre des Transports Jean-Baptiste Djebarri estime que "c'est toujours trop cher pour le consommateur final, quelque soit les prix". "La SNCF a mis en place beaucoup de politiques de petit prix. Il y a plusieurs modèles de prix entre TGV et Intercités notamment, mais ils sont en train de le simplifier. Il y a de nombreuses cartes d'avantages", assure-t-il.

"C'est le mode de transport le plus subventionné"

"Il faut comprendre pourquoi c'est cher. Le train coûte cher et on le dit rarement dans le débat public. C'est le mode de transport le plus subventionné, on ne paie pas le vrai prix. On a en plus des acteurs encore en monopole, c'est pour ça qu'on a ouvert à la concurrence, on l'a vu avec TrenItalia", explique Jean-Baptiste Djebarri.

"Le train et l'avion sont en concurrence mais on ne peut pas dire que le train coûte cher", ajoute-t-il estimant que la concurrence "qui arrive partout", va faire baisser les prix actuels.

G.D.