RMC

RATP: mais au fait, pourquoi les cheminots font-ils grève ce vendredi?

Une nouvelle grève massive doit paralyser ce vendredi le métro parisien. De nombreuses lignes sont fermées, les syndicats réclamant une hausse des salaires face à l'inflation galopante et aux résultats de l'entreprise.

Nouvelle grève dans les transports parisiens. Huit lignes de métro sont complètement fermées ce vendredi et six ouvertes uniquement aux heures de pointes en raison d'une grève à la RATP, les syndicats dénonçant l'augmentation trop faible des salaires. Faute de Covid-19, aucune augmentation collective n'a été accordée en 2021.

Et en 2022, l'augmentation devrait s'élever à 0,4% selon les syndicats. C'est vraiment très peu pour Bastien Berthier conducteur de métros depuis 18 ans et représentant Force ouvrière: "Personnellement, ça me ferait 7 euros bruts. Quand je vois le prix de l'essence et de la vie qui augmente, et mon entreprise qui fait autant de millions d'euros de bénéfices, je ne trouve pas ça normal", assure-t-il à RMC

Même constat à la CGT, premier syndicat de l'entreprise : la direction méprise les salariés. La grève est donc le seul recours, explique Bertrand Hammache, secrétaire général: "Pour les usagers, on est désolés d'en arriver là. On a passé du temps en négociation avec l'entreprise, elle n'a pas bougé d'un iota".

Une grève relancée à la rentrée?

Justement, la direction refuse les chiffres avancés par les syndicats. En plus des 0,4% d'augmentation collective, les salariés devraient bénéficier d'autres hausses individuelles. Jean Agulhon, le Directeur des Ressources humaines de la RATP, parle d'augmentations en hausse de 30% par rapport à 2021: "Au total des mesures d'augmentation de la rémunération et de l'intéressement, ce sont plus de 100 millions d'euros que la RATP consacrera à la redistribution de la richesse produite à ses salariés".

La hausse proposée par la RATP est un mix entre l'avancement et l'ancienneté (+1,8 %), des mesures catégorielles (+0,5 %) et les mesures transverses qui concernent l'ensemble des salariés de la RATP (+0,4 %). Mais ces hausses ne concernent pas tous les salariés. Mais la CGT, le premier syndicat du groupe, demande, de son côté, 3% de revalorisation annuelle sur les trois prochaines années.

Une nouvelle réunion a lieu dès 9h ce vendredi matin entre la direction et les syndicats. Des syndicats qui n'excluent pas de reconduire la grève dès la rentrée si rien ne bouge.

>> A LIRE AUSSI - Grève à la RATP: trafic fortement perturbé vendredi avec huit lignes de métro fermées

Mahauld Becker-Granier (avec Guillaume Dussourt)