RMC

SNCF: il reçoit pour 3.000 euros d’amendes à cause d'une usurpation d'identité

Depuis plus d'un an, Johann reçoit de nombreuses amendes de la part de la SNCF. Il aurait pris le train sans billet. Sauf qu'il n'a jamais effectué ces trajets et n'a jamais mis les pieds dans les gares en question. Un cas d'usurpation d'identité à laquelle la SNCF est restée de marbre, avant l'intervention de l'équipe de "RMC s'engage pour vous".

Une situation tout simplement délirante. Depuis plus d’un an, tous les mois, Johann reçoit des amendes de la part de la SNCF qui lui reproche d’avoir pris le train sans billet. En tout, il en a reçu près de 3.000 euros de PV à son nom. Sauf que Johann n’a pas effectué ces trajets et n'a d’ailleurs jamais mis les pieds dans les gares en question, situées dans l'Est de la France: Auxerre, Migennes, Melun, Avalon. "Des villes que je ne connais pas" nous explique-t-il:

"Le 20 août 2021, j'étais en Italie et pas à Migennes. Le 13 juillet 2022, je n'étais pas à Avalon, mais chez moi dans le sud de la France. Je suis de bonne foi, j'ai vraiment envie de régler ce problème, mais je ne peux rien faire."

La SNCF assure que, pendant les contrôles, la personne dans le train a montré une carte d’identité au nom de Johann. Il se serait donc fait usurper son identité. Il a porté plainte en juin dernier, mais depuis, l’enquête patine. Nous on a regardé tous les trajets où le faux Johann s’est fait contrôler. Tout se passe dans la région d’Auxerre (Yonne) ce qui laisse penser que le fraudeur vivrait dans cette zone. Loin de Paris où habite et travaille Johann.

"La SNCF ne vous répondra plus"

Johann a essayé de contester les amendes. Il a aussi écrit au service des usurpations d’identité de la SNCF et a envoyé une copie de sa plainte, sans que cela ne change rien. Sauf qu'après plusieurs mails, l’opérateur a finalement écrit qu’il ne lui répondrait plus, que l’affaire a “déjà été longuement étudiée”. Dès lors, il devient impossible pour Johann de contester les 18 amendes qu’il a reçues.

>>> Réécoutez les chroniques "RMC s'engage pour vous en podcast"

La situation devient dramatique pour lui car la SNCF a commencé à le prélever directement sur son compte bancaire. Il a déjà perdu 180 euros. Johann décrit "une situation un peu pesante au quotidien" et une peur qui s'installe au quotidien à chaque réception d'un nouveau courrier: "j'ai la petite boule au ventre, un petit haut-le-cœur". Est-ce que c'est ça? Quelque chose de plus grave?"

"Je me dis que du jour au lendemain, mes colocataires peuvent m'appeler pour me dire qu'il y a les huissiers à la maison, on est en train de saisir ton lit, ton armoire… C'est une situation, qui n'est pas évidente et j'espère qu'elle sera rapidement réglée."

L'équipe "RMC s'engage pour vous" a contacté la SNCF. Il a fallu être très patient mais après plusieurs relances, l’entreprise a fini par revenir vers nous: la compagnie a rouvert le dossier, elle assure vouloir trouver une solution et se dit navrée de la façon dont a été traité Johann. Nous avons pu envoyer toutes les pièces qui manquaient au dossier: des photos, des extraits de compte en banque qui prouvent que Johann n’était pas dans le train. Ses contestations vont être à nouveau étudiées.

RMC s'engage pour vous:
► Contactez notre équipe à rmcpourvous@rmc.fr

Joanna Chabas, Elise Denjean, Nicolas Traino avec Maxime Martinez