RMC

Amazon veut faire parler les morts... et d'autres innovations vont même encore plus loin

Amazon travaille sur une innovation assez surprenante, voire dérangeante. Un assistant vocal capable d’imiter la voix d’une personne disparue et de nous donner l’illusion qu’elle est encore là.

C'est une innovation que beaucoup jugeront probablement assez sinistre, dévoilée cette semaine à l’occasion de la grande conférence Re:Mars, où Amazon présente chaque année ses projets de développement les plus fous. Concrètement, il s’agit d’une future fonctionnalité pour les assistants vocaux Alexa, qui leur permettront, à partir d’un court extrait sonore de moins d’une minute, de reproduire autant qu’on le souhaite la voix de n’importe quelle personne y compris une personne disparue.

Il existe aujourd’hui des outils très puissants qui permettent de cloner une voix à partir de quelques mots prononcés (avant il fallait des heures d’enregistrements sonores)… Dans la démonstration, un enfant demande à l’enceinte "Alexa, est-ce que mamie pourrait me raconter l’histoire du magicien d’Oz?". Et on entend la voix de la grand-mère en question se mettre à raconter l’histoire.

Une frontière entre le vrai et le faux de plus en plus floue

L’idée derrière ça, ce serait de donner la possibilité de garder une trace, un souvenir de la voix d’un proche disparu et de la réutiliser au quotidien. Ça, c’est pour le côté "positif" (et encore), mais le côté négatif, ça veut aussi dire qu’on va créer un attachement émotionnel avec une personne qui n’existe plus.

On a désormais des outils suffisamment sophistiqués pour reproduire n’importe quelle voix et donc faire dire n’importe quoi à n’importe qui. On va arriver dans un monde où la frontière entre le vrai et le faux va devenir de plus floue et de plus en plus compliquée à déceler. A noter qu’on pourrait aussi utiliser la voix de son acteur préféré ou d’un proche toujours vivant. C’est une fonctionnalité en cours de développement, on ne sait pas quand elle va sortir.

Des "robots mémoriels" pour parler aux morts

Tout cela semble complétement fou. Mais Amazon n’est pas le premier à avoir cette idée et certains vont même encore plus loin. Il existe déjà ce qu’on appelle les "grief bots", les robots de deuil ou les "memorial bots", "les robots mémoriels". qui prennent la forme d’une messageries instantanée, comme Messenger ou Whatsapp. Sauf qu’elles ont été programmées pour vous répondre quand vous écrivez en vous donnant l’illusion que vous êtes en train de discuter avec un proche qui est décédé.

C’est une ingénieure russe spécialisée en intelligence artificielle, Eugenia Kuyda, qui la première a eu l’idée. Quand son meilleur ami a disparu, elle s’est demandé comment elle pourrait continuer à parler avec lui. Elle a mis les milliers de messages, de sms qu’elle avait échangé avec lui de son vivant dans un réseau de neurones virtuels.

Cette intelligence artificielle est conçue spécifiquement pour imiter la façon de parler d’un individu, c’est-à-dire qu’à partir de textes qu’il a écrits, mails, sms - ça pourrait aussi être des conversations orales d’ailleurs - la machine va recomposer de nouvelles phrases et essayer de deviner ce que la personne aurait pu dire, avec son style particulier, son humour, ses tics de langages, ses émoticônes préférées, ses fautes d’orthographe caractéristiques.

Cela va rappeler à certains un épisode de la série Black Mirror et effectivement, on n'en est pas loin. Mais ce n’est pas le seul exemple. Microsoft, notamment, a déposé un brevet pour ce genre d’agent conversationnel, qui reproduirait la manière spécifique d’écrire d’une personne disparue. Sans compter ceux qui veulent coupler ça avec de la réalité virtuelle, pour parfaire l’illusion.

Vers une immortalité numérique

Certains imaginent même que demain, chacun pourra avoir une personnalité numérique immortelle qui pourra continuer à discuter avec les vivants. Certaines startups veulent même lancer un service payant sur ce principe, comme Eternime.

Le principe: de votre vivant, vous allez construire une sorte d’avatar virtuel immortel qui vous survivra et qui permettra à vos proches de continuer à communiquer avec vous. Concrètement, un petit mouchard va vous poser des questions, traquer tout ce que vous faites sur les réseaux sociaux notamment, pour apprendre qui vous êtes, comment vous vous exprimez.

Il va apprendre à "être vous", une sorte de double numérique, qui pourra, lorsque vous serez décédé, continuer à discuter avec vos proches. En attendant d’avoir une reproduction visuelle ou même holographique d’un proche disparu. A l’heure de l’IA et de la réalité virtuelle, la question de notre rapport à la mort va se poser complétement différemment.

Anthony Morel (avec MM)