RMC

Autorisation des cookies: pourquoi la CNIL met en demeure des acteurs majeurs de l'économie numérique

"THIBAUD VA PLUS LOIN" - La CNIL a notamment menacé les entreprises de sanctions avec notamment des amendes pouvant aller jusqu'à 2% du chiffre d'affaires.

Une quarantaine d'organismes sont dans le viseur de la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés pour ne pas s'être soumis à la législation concernant les cookies. Sont concernés, entre autres, par cette mise en demeure, six sociétés de vente en ligne, quatre plateformes majeures de l’économie numérique, trois sociétés de location de véhicules, deux collectivités locales ou encore deux services publics en ligne

Une situation inacceptable selon la CNIL qui enjoint ces organismes à se mettre en conformité avant le 6 septembre prochain sans quoi la commission sera en mesure de prononcer des sanctions telles que des amendes pouvant aller jusqu'à 2% du chiffre d'affaires des organismes concernés.

Qu'impose la CNIL concernant ces fameux cookies ?

En octobre dernier, la CNIL a laissé six mois aux sites internet pour se mettre en conformité avec les principes du règlement général européen sur la protection des données, entré en vigueur en 2018. Imposant aux sites de recueillir le "consentement des internautes avant toute opération d’écriture ou de lecture des cookies.

Ce consentement, il vous est généralement demandé lorsque vous vous rendez sur un site internet. Une petite fenêtre s'ouvre et vous propose d'accepter ou de refuser le stockage de vos cookies. Ces cookies sont de petits fichiers qui se déposent sur vos ordinateurs, tablettes ou smartphones.

>> A LIRE AUSSI - Votre médecin sait désormais si vous êtes vacciné (ou pas) contre le Covid-19: ces questions qui se posent

Des traceurs qui vont identifier votre profil internaute, sauvegarder vos préférences ou vos mots de passe afin de ne pas avoir besoin de vous reconnecter à votre compte à chaque connexion. Mais également à analyser les pages et les produits que vous avez consultés.

Cela sert ensuite par exemple à vous proposer des publicités en fonction de vos centres d'intérêts. En mai dernier déjà, des mises en demeure avaient été adressées à une vingtaine d'organismes qui depuis se sont mis en conformité.

Thibaud Texeire