RMC

"Ce type est ignoble": le coup de gueule de Périco Légasse contre Elon Musk et Twitter

Dans "Estelle Midi" ce mercredi sur RMC et RMC Story, le chroniqueur Périco Légasse a dénoncé "l'ignominie" d'Elon Musk et "l'ultralibéralisme le plus abject" de son projet de certification payante pour Twitter. Il y voit un projet de société plus global.

"C'est dégueulasse !" Périco Légasse est énervé. Le journaliste gastronomique, chroniqueur dans "Estelle Midi", s'en est pris ce mercredi, sur RMC et RMC Story, au projet d'Elon Musk pour Twitter. Dans son viseur notamment, les 8 dollars demandés par le fondateur de Tesla, nouveau propriétaire du réseau à l'oiseau bleu, pour la certification des comptes de personnalité.

"Faire payer la certification de mon compte pour éviter que des connards ne l'utilisent… C'est dégueulasse. Ce type est ignoble. C'est l'ultralibéralisme dans tout ce qu'il y a de plus abject" a dénoncé le chroniqueur.

Périco Légasse s'en est pris au concept même des réseaux sociaux qui sont, selon lui, "abêtissants": "Avec Twitter, on devient c*n. On réagit à tout, pour un oui pour un non. Le jour où ça sera supprimé, la Terre tournera aussi bien, sans Twitter et sans les réseaux sociaux".

Il fait aussi une proposition au gouvernement sur la fiscalité des réseaux sociaux: "Est-ce qu'on pourrait faire payer une TVA sur tous les tweets faits en France? Ce ne serait pas mal. Là, j'applaudirais des deux mains. Une TVA sur tous les GAFAM, qui se font des centaines de milliards de dollars, tous les ans, au détriment du contribuable."

"Ignoble ou génie ?"

Des propos que ne partage pas le spécialiste nouvelles technologies de RMC, Anthony Morel, qui estime que "Elon Musk est un génie entrepreneurial": "Il y a des fusées qui décollent et qui réatterrissent, des voitures électriques qui roulent, et ce n'est pas rien".

Pour Anthony Morel, le projet d'Elon Musk pour Twitter est "de ramener du cash": "44 milliards de dollars, Elon Musk ou pas, ça fait un trou dans le portefeuille. Il faut générer de l'argent. Elon Musk, c'est un tueur. Il a viré toute la direction. Il demande à tous les ingénieurs de lui imprimer les 30 derniers jours de code qu'ils ont écrit. Il a déjà dit qu'il voulait licencier 75% des effectifs".

"Pour lui, le Twitter actuel, les ingénieurs, les modérateurs, est un ramassis de gauchistes, dans tout ce qu'il y a de plus woke et de plus terrible, et qu'il faut remettre de l'ordre dans tout ça", note Anthony Morel.

Une position dénoncée par Périco Légasse, qui y voit la vision du "monde selon Trump": "C'est ce à quoi va ressembler l'humanité si on laisse ces gens-là s'emparer du pouvoir par le fric dont ils disposent. On va au droit au cauchemar".

>>> Retrouvez tous les podcasts d'Estelle Midi sur le site et l'appli RMC

"La liberté de dire à peu près n'importe quoi"

Le spécialiste des médias Thierry Moreau voit aussi dans ce rachat une volonté de faire "du pognon à tout crin". Selon lui, "si Elon Musk prend la tête de Twitter, c'est pour deux raisons: d'abord, l'ouverture absolue des vannes sur ce qu'il appelle la liberté d'expression, ce que j'appellerais moi plutôt la liberté de dire à peu près n'importe quoi, y compris répondre des fake news, du complotisme, des appels à la haine. Il faut se méfier de cette ouverture des vannes absolue qui lui tient très à cœur. Et deuxième chose, il est arrivé pour faire de l'argent. Il investit beaucoup d'argent dans cette histoire."

La raison profonde de cette double volonté est, selon Thierry Moreau, d'ordre politique: "C'est un libertarien, avec une intervention de l'Etat absolument minimum et un libéralisme absolu. Ouverture des vannes pour la liberté d'expression et du pognon à tout crin. Ça ne m'étonne pas plus que ça", estime l'ancien directeur de la rédaction de Télé 7 Jours.

MM