RMC

Des applis pour lutter contre le démarchage téléphonique

C'est une des plaies de notre monde moderne: les SPAM, le démarchage téléphonique et intempestif. Mais il y a des solutions. Anthony Morel nous les présente.

Compte personnel de formation ou CPF. Ces quatre mots sont devenus l'enfer de nombreux français. Huit Français sur dix se disent importunés au moins une fois par semaine par des appels publicitaires intempestifs.

Le vendeur de porte-fenêtres qui appelle 5 minutes après celui qui veut vous refourguer une assurance décès ou le call center à l’autre bout du monde qui vous propose de changer de forfait mobile. Et le fameux CPF, qui visent à récupérer vos identifiants pour vous inscrire à une fausse formation pour prendre de l’argent. Il existe bien un service, Bloctel, lancé par le gouvernement en 2016 et qui permet d’être inscrit sur une liste rouge pour les centres d’appels, mais ça fonctionne mal.

Les téléphones font le boulot

De plus en plus, les smartphones font le boulot, avec des fonctionnalités "smart call" qui indiquent les appels indésirables potentiels. Et en plus de ça vous pouvez installer des applications anti-spam, très pratiques pour détecter les démarcheurs ou des "ping call (une seule sonnerie… et on vous fait rappeler un numéro surtaxé). On peut citer "TrueCaller", "Orange téléphone" ou encore "Dois-je répondre?", qui vont filtrer automatiquement les numéros qui proviennent de services de démarchage ou d’arnaques, puisque ces numéros sont toujours les mêmes, et qu’ils figurent sur une liste noire, une base de données gigntesque que l’application met à jour régulièrement. Donc quand vous recevez un appel indésirable, l’écran du smartphone s’allume en rouge.

Certaines proposent aussi les commentaires d’internautes qui ont déjà décroché au même numéro. Et en cas d’appel vers un numéro surtaxé, on va vous prévenir que vous allez avoir un surcoût avec le montant des frais à la minute.

Vous avez aussi un annuaire inversé qui permet de voir quel professionnel vous a appelé, et vous pouvez signaler les appels malveillants que vous recevez pour les ajouter à la liste noire. Ça fonctionne pour les appels, pas encore pour les SMS de pub malheureusement, qui sont eux aussi une plaie.

>>> Retrouvez toutes les chroniques d'Anthony Morel en podcast

Un fixe antispam

Pour ceux qui ont encore un téléphone fixe à la maison… vous pouvez investir dans un téléphone antispam, spécialement conçu pour filtrer les appels publicitaires indésirables. C’est le japonais Panasonic qui l’a mis au point. Souvent ces appels sont automatiques, générés par des robots, des logiciels, et c’est seulement quand vous répondez que vous entendez une personne à l’autre bout du fil.

Pour contrer ça, le principe est finalement assez simple: si l’appel vient d’un numéro qui n’est pas dans vos contacts, le téléphone, avant de faire aboutir l’appel et de sonner, va demander à votre interlocuteur d’appuyer sur la touche un. C’est tout bête, mais si c’est une machine, elle ne le fera évidemment pas, et l’appel va échouer, sans vous embêter. Si c’est un humain, vous pouvez bloquer le numéro ou même des listes de numéros en appuyant sur un simple bouton. Le commercial qui vous proposait de refaire l’isolation de votre maison qui vous appelle une fois par jour se retrouve sur liste noire. Le téléphone bloque 95% des appels indésirables, c'est pas mal pour retrouver un peu de tranquillité.

Des appels spams qui vont se multiplier

Demain, le vendeur de porte fenêtres qui vous appellera, ce sera une machine, même si vous aurez l’impression de discuter avec un être humain... On a ce qu’on appelle des voicebots, des robots conversationnels, qui sont des logiciels conçus pour tenir une conversation naturelle avec un client potentiel, poser des questions, y répondre, vous faire des propositions, un peu sur le modèle des enceintes connectées que vous avez peut-être à la maison… Une révolution à venir dans les centres d’appel notamment, qui vont probablement disparaître... Car on commence à voir apparaître des logiciels tellement perfectionnés qu’on ne sait plus qu’on a une machine en face de soi tellement l’imitation de la voix humaine, la fluidité du ton, même les petites hésitations dans la voix, sont impressionnantes de réalisme... Et ces machines ultra réalistes, contrairement aux humains, pas besoin de les payer, et elles ne se reposent jamais...  

Anthony Morel (édité par MM)