RMC

Révolution dans le monde de la tech: Apple va lancer sa gamme officielle de pièces détachées pour réparer son iPhone soi-même

-

- - Apple

Réparer soi-même l’écran cassé de son iPhone, ou remplacer sa batterie, ce sera bientôt possible. Apple va désormais permettre aux possesseurs d’iPhone d’acheter des pièces de rechange et des outils "officiels" pour bricoler tout seuls leurs précieux smartphones.

C’est bien connu : les smartphones, c’est comme les tartines de confiture, ça tombe toujours du mauvais côté, celui de l’écran. Sauf que là, la tartine, et plus précisément le iPhone, coûte plus de 1000 euros. Mais une petite révolution est en train de se faire. Si jusqu’ici Apple disait : "surtout ne réparez pas vous-même, vous risquez de causer des incendies avec les batteries ou de vous blesser", encourageant les consommateurs rencontrant un problème à passer par un Apple store ou par réparateur indépendant, souvent assez chers. Et gare aux bricoleurs qui prenait le risque de faire sauter la garantie.

Désormais c’est fini : Apple va commercialiser plus de 200 pièces de rechange et outils spécifiques pour les iPhone 12 et 13, et proposera des manuels de réparation en ligne. Dans un premier temps, le service se focalisera sur les problèmes les plus fréquents : écran fissuré, batterie qui ne fonctionne plus, appareil photo défectueux, avant de s’étendre à d’autres produits, comme les Macs. Deux petits détails quand même : d’abord le programme ne sera disponible qu’aux Etats-Unis dans un premier temps. Et ensuite, on n’a pas encore les prix. Quand on connaît la capacité d’Apple a nous vendre une chiffonnette pour 25 euros pièce, on peut avoir des craintes légitimes sur le prix du mini tournevis.

Grosse pression des consommateurs

Apple fait pas ça de gaité de cœur. Apple veille très jalousement sur son écosystème, le verrouille complétement et est allé jusqu’à piéger ses iPhones pour qu’on ne puisse pas y toucher : sur l’iPhone 13, si vous réparez vous-même l’écran, ça désactive la reconnaissance faciale et ça rend l’appareil inutilisable. Sauf que la pression monte. La pression des consommateurs, via des associations notamment pour des raisons écologiques et économiques. Le mouvement "right to repair" (droit à réparer soi-même), qui va des smartphones aux machines à laver en passant par l’équipement agricole prend de l’ampleur aux Etats-Unis depuis des mois. Soutenu entre autres, par Steve Wozniak, le co-fondateur d’Apple. Pression des régulateurs aussi: l’administration Biden veut légiférer pour forcer les géants de la tech à permettre aux consommateurs de réparer eux-mêmes.

Et puis en France, les produits électroniques sont maintenant obligés d’afficher un "indice de réparabilité" avec une note de 1 à 10, en fonction de leur 'démontabilité' et la disponibilité des pièces de rechange. Les iPhone eux, tournent entre 4 et 6 sur 10 selon les modèles.

Vers un mouvement plus large?

Tous les concurrents d’Apple vont probablement être forcés à suivre. Quand la plus grande entreprise technologique au monde prend une mesure comme celle-ci, les autres sont obligés de réagir. S'il existe déjà sur le marché des smartphones dont on peut changer les pièces, comme le Fairphone, soyons honnêtes, personne n’en veut. Si Samsung, Xiaomi, Oppo et les autres s’y mettent (80% du marché), c’est une vraie avancée.

>> A LIRE AUSSI - Pourquoi cette fin d'année pourrait être le moment idéal pour demander une augmentation

Anthony Morel