RMC

Rejet des journalistes: "le gros problème, c’est la multiplication des moyens d’accès à l’information"

Il existe aujourd’hui une véritable crise de confiance vis-à-vis des journalistes en France. Une crise qui est liée, selon Patrick Eveno, aux politiques. Pour cet historien des médias, ils se servent des journalistes comme boucs émissaires. Il accuse aussi les moyens d’informations, trop nombreux, selon lui.

Dimanche dans le Val-d’Oise, un journaliste de BFM Paris a été agressé. Samedi à Bobigny, une voiture de RTL a été brûlée pendant que, dans les meetings politiques, les journalistes sont souvent bousculés et sifflés. Les actes de colère contre les journalistes sont de plus en plus récurrents et une idée de manipulation est très en vogue en France. Pour Patrick Eveno, historien des médias et invité de 100% Bachelot, la multiplicité des moyens d'informations fait s'enfermer les individus dans une bulle.

"Le plus gros problème est dans la multiplication généralisée de tous les moyens d’accès à l’information. C’est une très bonne chose quand cela permet d’accéder plus rapidement et plus efficacement à l’information. D’un autre côté, la tendance à s’enfermer dans une espèce de bulle provoque un retour en arrière. C'est un peu comme quand on était au café du commerce. On était avec les mêmes copains et on disait un peu toujours la même chose."

Pour l'historien des médias, de plus en plus d'individus sont enfermés dans leur zone de confort et ne lisent que ce qui va dans leur sens. "La tendance maintenant avec les algorithmes de Facebook et de Twitter, c’est de nous renvoyer à ce que nous aimons. Donc si vous êtes d’extrême droite on vous renverra sur des sites d’extrême droite et si vous êtes d’extrême gauche, sur des sites d’extrême gauche. Ça pose un véritable problème parce que la démocratie suppose l’ouverture à l’autre. Les journalistes professionnels sont aussi là pour ouvrir le monde sur les autres. Les autres à côté de chez vous mais aussi les autres plus loin."

100% Bachelot avec A. B