RMC

Affaire Penelope Fillon: "je trouve ça honteux et scandaleux que les médias lui tombent dessus"

REPORTAGE - François Fillon, candidat Les Républicains à la présidentielle, a dénoncé jeudi lors d'une réunion publique à Poitiers "l'attaque impitoyable" dont il serait l'objet, se montrant déterminé à "résister au choc". Dans une salle bondée, l'ancien Premier ministre a pu constater qu'il avait le soutien sans faille des militants.

Après plus de deux semaines de révélations sur les emplois présumés fictifs de sa femme et de ses enfants Marie et Charles ainsi qu'une chute nette dans les sondages, François Fillon n'en démord: il continue de faire campagne. Le candidat Les Républicains à la présidentielle était ainsi ce jeudi à Poitiers, où il a dénoncé "l'attaque impitoyable" dont il serait l'objet, se montrant déterminé à "résister au choc". Dans un amphithéâtre bondé du Futuroscope, le vainqueur de la primaire fin novembre a pu aussi constater que les milliers de militants ne le lâcheraient pas.

"Avec sa femme et sa famille, ils ont besoin de soutien dans cette histoire et c'est pour ça que je suis là, avance cette jeune femme. Je trouve ça honteux et scandaleux que les médias lui tombent dessus à bras raccourcis alors que ce qu'il a fait est totalement légal. Ça me motive encore plus à m'engager. Je veux soutenir le candidat en lequel je crois et c'est François Fillon". Interrogés tour à tour, les militants dénoncent tous, selon la formule employée par leur candidat, "un lynchage".

"Ils sont tous pareil mais lui a demandé pardon"

"Il faut arrêter ces calomnies honteuses, estime l'une d'elles. Elles sont honteuses pour tout le monde, pour toute la France". Un autre d'assurer que "c'est scandaleux, ça suffit! On arrête là. L'acharnement a ses limites". Toutefois, à l'entrée du meeting, une trentaine de manifestants ont protesté contre la candidature de François Fillon sous le slogan "Remboursez le million". "Tout le monde travaille et gagne de l'argent. C'est normal. Mais, eux, ne font rien et croient qu'ils ont l'impunité parce qu'ils sont au pouvoir. C'est lamentable", déplore Agnès.

"On n'en peut plus des politiques, quels qu'ils soient, poursuit-elle. Lui, il continue. Il n'en a rien à faire. On est vraiment écœurés". "On est en pleine Bérézina, estime Michel, qui continue de soutenir François Fillon. Il a peut-être fait une petite bêtise en payant ses enfants. Mais c'est un péché véniel. Ils sont tous pareil mais lui a demandé pardon. Je crois donc que c'est lui le plus juste". Plus que jamais les militants Républicains semblent faire bloc derrière François Fillon, comme autrefois dernière un certain Nicolas Sarkozy.

M.R avec Jean-Baptiste Durand