RMC

Jean-Michel Blanquer à Ibiza: "Il le paye car il y a une gestion lamentable de l'école depuis deux ans"

Benjamin Amar, enseignant, estime dans Estelle Midi ce mardi sur RMC et RMC Story que la nouvelle polémique concernant le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, est la goutte d'eau qui fait déborder le vase.

Pas de répit pour Jean-Michel Blanquer. Déjà extrêmement controversé depuis la rentrée, le ministre de l'Education nationale voit une nouvelle casserole s'ajouter à la pile des polémiques de ce début d'année. 

Il est critiqué et visé directement par une grande partie des personnels de l'Education nationale -profs, mais aussi directeurs d'école, parents d'élèves et inspecteurs-, qui après une grève assez suivie jeudi dernier, ont lancé un nouveau préavis de grève pour les deux prochains jeudis. 

Ils protestent principalement contre le dernier protocole sanitaire de la rentrée de janvier qui, en plus de la vague de contaminations de Covid au variant Omicron, a semé la pagaille dans les écoles. De plus, ce protocole a été annoncé très tardivement, la veille de la rentrée, laissant très peu de temps d'organisation, et surtout en exclusivité dans un journal payant.

"Quand on apprend que la veille, il était encore en tongs sur la plage... Mais qui ne peut pas être outré?"

Mediapart a révélé ce lundi soir que Jean-Michel Blanquer était à... Ibiza au moment de l'annonce de son protocole. Ce qui ne contrevient à aucune règle du gouvernement, qui réclamait aux ministres d'être joignables à tout moment et à moins de deux heures de Paris. Mais l'image choque.

C'est ce que confirme Benjamin Amar, professeur des écoles et porte-parole de la CGT en Val-de-Marne, qui a laissé sa colère s'exprimer ce mardi dans Estelle Midi sur RMC et RMC Story.

"Quand j'ai lu ça, je me suis dit qu'il était incroyable. On a eu une grève historique jeudi dernier. Personne n'interdit à un ministre de partir en vacances. Mais on a l'école républicaine qui est dans un chaos complet. Une rentrée qui se fait dans des conditions désastreuses. Quand on apprends que la veille, il était encore en tongs sur la plage... Mais qui ne peut pas être outré?" 

"La démission de M. Blanquer, on la demande depuis longtemps"

Benjamin Amar estime que ce nouveau détail va ajouter de la motivation à tous les personnels de l'Education nationale, qui vont une nouvelle fois se mobiliser ce jeudi. 

"Il fait une maladresse politique. Il le paye car derrière, il y a une gestion lamentable de l'école depuis deux ans."

Frédérique Blot, directrice d'école maternelle et responsable au sein du syndicat SNUIPP-FSU, est également intervenue dans Estelle Midi et estime que le ministre doit démissionner pour l'ensemble de son oeuvre.

"C'est forcément un peu choquant. La démission de M. Blanquer, on la demande depuis longtemps car on estime que sa gestion est mauvaise depuis bien plus longtemps que le Covid", conclut-elle.

" A l'image du gouvernement, il est déconnecté"

Un parent d'élève a tenu à témoigner dans l'émission via l'application RMC, rubrique "Direct Studio", et confirme le malaise à l'école ces dernières semaines dans certains établissements:

"Je n'ai rien contre M. Blanquer, mais, à l'image du gouvernement, il est déconnecté. Nos filles n'a pas eu école depuis jeudi dernier car la maîtresse et directrice de l'école est en burn-out à la suite de tous ces changements de protocole. Organiser une rentrée aussi importante depuis Ibiza ou ailleurs montre selon moi la déconnexion du ministre à cet instant T."
J.A.