RMC

"Emmanuel Macron crame la caisse": sur RMC, Valérie Pécresse tacle le président de la République

Document RMC - Invitée des "Grandes Gueules", Valérie Pécresse s'en est pris à plusieurs reprises au président de la République, taclant "un caméléon" arrosant la France "sans provision".

Chez Les Républicains, on cherche toujours le meilleur candidat pour la présidentielle. Le congrès du 1 er au 4 décembre prochain doit mettre fin au suspense. En attendant, c'est le sprint final pour les 5 prétendants à l'investiture. Invitée des "Grandes Gueules" ce vendredi, Valérie Pécresse la présidente de la région Île-de-France a insisté pour "dire la vérité aux Français". Et l'avenir n'est pas rose selon elle. Car l'argent manque: "Il faut dire la vérité aux Français, il n'y a pas d'argent magique et aujourd'hui, Emmanuel Macron arrose la France sans provision. Il crame la caisse!", tacle-t-elle sur RMC.

Pour restaurer la situation financière, Valérie Pécresse promet de nombreuses réformes: "Je sens une vraie dynamique autour de ma campagne. J'ai un projet précis et crédible. J'ai un projet de rupture avec de la fermeté, beaucoup d'autorité et beaucoup de réformes", promet-elle. "Face au mur de la dette et face à notre médaille d'or mondiale des impôts, il faudra faire des réformes courageuses et dire la vérité aux Français", ajoute l'ancienne ministre du Budget.

>> A LIRE AUSSI - Accusations contre Nicolas Hulot: "Ce n'est pas à vous et moi de voter à main levée pour savoir qui est coupable", défend Marlène Schiappa

"On a un président caméléon qui dit aux gens ce qu'ils veulent entendre"

Valérie Pécresse prévoit notamment de relancer la filière nucléaire: "Nous allons avoir besoin de beaucoup plus d'électricité dans les années qui viennent. Il faut réétudier le programme Astrid qu'Emmanuel Macron a arrêté et qui est un programme pour des réacteurs de 4ème génération. Il faut rénover les centrales qui existent et construire des EPR", plaide-t-elle.

Un programme énergétique ambitieux qui lui permet de tacler une nouvelle fois le président de la République, récemment très impliqué dans la relance de l'énergie nucléaire en France:

"Il y a 3 mois Emmanuel Macron voulait fermer 14 centrales. Depuis que la droite a dit qu'il fallait en garder, il a zigzagué et a repris le tournant du nucléaire. On a un président caméléon qui dit aux gens ce qu'ils veulent entendre".

>> A LIRE AUSSI - "Ce n'est pas un collectif mais un mouvement social": à Lyon malgré les arrestations, les "Dalton" courent toujours

Guillaume Dussourt