RMC

État du réseau de la SNCF: "Ce n'est pas rassurant qu'une entreprise publique ne soit pas en mesure de garantir notre sécurité"

Le rapport alarmant sur l'état du réseau de la SNCF inquiète. Pendant un mois, les enquêteurs de l'Établissement public de sécurité ferroviaire ont relevé des anomalies similaires à celles qui ont provoqué les accidents de Brétigny et Denguin.

Un constat alarmant. Pendant un mois, entre le 29 avril et le 23 mai dernier, dix enquêteurs de l'Établissement public de sécurité ferroviaire (EPSF) lié à la SNCF, ont inspecté 10.000 km de voies de chemin de fer relevant de nombreuses anomalies. Dans un rapport que s'est procuré Le Parisien, les inspecteurs du réseau révèlent que 20% des 413 anomalies électriques repérées, n'ont pas été traitées dans les temps, certains affichant même un an de retard dans le traitement.

Des anomalies similaires auraient conduit dans le passé aux accidents de Brétigny en 2013 qui avait fait sept morts et à celui de Denguin où une vingtaine de personnes avaient été blessées: "Je ne trouve pas ça rassurant qu’une entreprise publique ne soit pas en mesure de nous garantir la sécurité d’un voyage", s'est inquiété mercredi sur le plateau des "Grandes Gueules" Maxime Lledo, dénonçant la politique des prix pratiquée par la SNCF.

"Un vrai luxe"

"On entend toujours la plupart des responsables de cette entreprise se plaindre du manque de moyen alors que le train est aujourd’hui un vrai luxe. Un aller Angers-Paris coûte parfois le prix d’un billet d’avion pour se rendre dans d’autres capitales européennes", a-t-il assuré.

"On a des retards à cause du réseau électrique ou de changement de voie, il y a des problèmes de signalisation donc des trucs électriques de base!", a poursuivi l'étudiant, s'inquiétant également des retards liés au climat. "En 2019, voyager en train est dangereux parce qu’il fait chaud ou froid, je trouve ça alarmant", a conclu Maxime Lledo.

Guillaume Dussourt