RMC

Grand froid, le témoignage d’un SDF: "On s’en fout de nos vies"

Sans-abri, migrants, "il y aura de la place pour tout le monde" au chaud à l'abri, grâce au "pilotage national quotidien" mis en place par le gouvernement en prévision d'une vague de grand froid qui débute lundi, a promis le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux. Une promesse loin de satisfaire Lulu, SDF et auditeur des Grandes Gueules.

Une vague de froid est attendue cette semaine sur la quasi-totalité de la France, la première de cette ampleur depuis 2012, alors que le gouvernement a mis en place un "pilotage national quotidien" exceptionnel. Sous l'influence d'air froid en provenance du nord-est de l'Europe, les températures seront inférieures de "quatre à huit degrés" aux normales saisonnières, selon Météo-France. Le thermomètre devrait tomber à -11 à Mulhouse, -9 dans le Massif central et à Strasbourg, -6 à Toulouse et -4 à Marseille. Face à cette vague de froid, le ministre de l'Intérieur, Bruno Le Roux, a promis "qu'il y aura de la place pour tout le monde" au chaud.

Une promesse qui met en colère Lulu, SDF à Avignon et auditeur des Grandes Gueules. "L'été, ça va. On peut dormir sur les bancs, témoigne-t-il en direct. Mais l'hiver je ne vous dis pas. Surtout en ce moment, avec cette période de froid, c'est vraiment la galère". "J'ai écouté ce qu'a dit ce Môssieur Le Roux a déclaré. Et bien, les contes pour enfants, il peut en raconter (autant qu'il veut), s'emporte-t-il. Ce sont tous des menteurs, des enfoirés. Ils ne pensent qu'à leur gueule, à leur bidon. De nous, ils s'en foutent complètement. Je suis désespéré".

"Bruno Le Roux est déconnecté de la réalité"

"Heureusement qu'hier j'ai été récupéré par un copain parce qu'en ce moment j'ai des idées noires, ajoute encore Lulu. J'ai bientôt 46 ans et je n'ai plus rien. Et à côté d'Avignon, on a tout donné aux migrants. Moi, on s'en fout de ma vie! Je n'ai rien du tout". Pour éviter d'avoir froid, il assure "devoir marcher, jour et nuit, pour se réchauffer. Il n'y a plus de place au 115". "Arrêtons les conneries! Je suis sur le bitume. Et le 15 est réservé aux secours, réservé au Samu. Ne mélangeons pas le lard et le cochon", ne décolère-t-il pas.

"Bruno Le Roux, ce pauvre mec, est déconnecté de la réalité, critique encore Lulu. Il est au chaud, peinard, chez lui. Ne me parlez pas de politique, c'est tous des menteurs!" "Ça va faire onze ans que je suis à la rue, atteste-t-il. J'ai perdu mon emploi et, là, ça a été la dégringolade complète. Aujourd'hui, je vis du RSA". "C'est bien beau de s'occuper des migrants mais, nous, on est de la merde ou quoi?, se demande-t-il encore, très en colère. (Les prises en charge), c'est du flan! C'est du pipeau! On s'en fout complet de nos vies! Ils n'en ont rien à carrer! Je suis à bout".

Maxime Ricard avec Les Grandes Gueules