RMC

Le gouvernement lâche-t-il un "pognon de dingue" dans les cabinets de conseil?

L'expertise externe à la fonction publique doit-elle être mieux encadrée? Une commission d'enquête au Sénat a recueilli mercredi le témoignage de la ministre de la Fonction publique, qui assure que le recours à l'expertise externe sera dorénavant moins systématique.

Le gouvernement sous l'influence croissante des cabinets de conseil privés? Même en temps de crise sanitaire, le ministère de la Santé a fait appel pour plus de 4 millions d'euros de conseils au cabinet McKinsey, comme l'avait révélé en février 2021 la députée Véronique Louwagie. Ce qui avait fait polémique.

Une commission d'enquête a été ouverte au Sénat concernant ces pratiques, et la ministre de la Fonction publique Amélie de Montchalin y a témoigné ce mercredi.

Elle a précisé que pour la période 2018-2020, en moyenne, ces dépenses en cabinet de conseil privés ont été de 145 millions d'euros. Mais la ministre a confirmé que le gouvernement prévoyait maintenant de baisser de 15% ces dépenses pour l'année 2022. 

"Est-ce que c'est pour se rassurer ? Ne fait-on pas confiance aux personnels en interne ?"

Bruno Pomart, ancien policier du RAID, est témoin à son niveau local de cet appel "systématique" aux cabinets de conseil au sein de la fonction publique. Dorénavant maire de la petite commune de Belflou dans l'Aude, il explique dans Les Grandes Gueules ce jeudi sur RMC et RMC Story qu'il y a du gaspillage d'argent public avec ces appels aux cabinets de conseil.

"Dans la communauté de communes, on travaillait sur un plan concernant le tourisme et l'aménagement du territoire. Le département a des ingénieurs spécialisés. Autour de la table, il y avait un cabinet de conseil extérieur. L'ingénieur disait la même chose qu'eux. Cela veut dire qu'on dépense du pognon pour rien."

Il y voit une sorte de couverture de sécurité et aussi un copinage.

"Tout le monde prend des conseils. Est-ce que c'est pour se rassurer ? Ne fait-on pas confiance aux personnels en interne ? C'est aussi pour se protéger quand il y a des problèmes et faire travailler les copains."

La ministre a promis une "nouvelle doctrine" et un meilleur encadrement de ces pratiques. Comme le rapporte Public Sénat, le Premier ministre Jean Castex devrait ainsi signer "dans les prochains jours" une circulaire pour remettre de l'ordre dans tous ces contrats signés avec le privé.

J.A.