RMC

Musées fermés mais Séphora ouverts, une incohérence pour Gabriel Attal: "Je suis stupéfaite par la docilité des Français", affirme Barbara Lefebvre

Le porte-parole du gouvernement a dans une interview au Parisien confié qu'il ne pouvait pas vraiment expliquer pourquoi les musées sont toujours fermés alors qu'il est possible d'aller acheter du maquillage dans un Séphora.

C’est une phrase qui n’est pas passée inaperçue. Alors que depuis de longs mois, le secteur de la culture se plaint de ne pouvoir accueillir du public, le porte-parole du gouvernement donné encore un peu plus d’arguments à ces derniers pour alimenter l’incompréhension. 

En effet, dans un entretien au Parisien, il a déclaré: “J’avoue avoir du mal à expliquer qu’on puisse aller dans un Sephora, mais pas dans un musée”. Il a également précisé, qu’”il y a nécessairement, dans la gestion d’une telle épidémie, une part d’incohérence quand il faut limiter les interactions et les flux de personnes”.

“On dirait que c’est la faute de l'épidémie s’il y a des cohérences. Non, s’il y en a, c’est au gouvernement de faire en sorte de les régler. Ca, c’est une phrase qui devrait être prononcée par un acteur, un directeur de musée ou de cinéma. Mais quand on est porte-parole du gouvernement, on évite de sortir ça”, estime l’étudiant Maxime Lledo. 

Les Français, dociles?

Barbara Lefebvre va encore plus loin estimant que les dirigeants actuels se moquent du monde. 

“Le rôle d’un porte-parole de gouvernement n’est pas de commenter les actions du gouvernement en donnant son propre point de vue. Ce que pense monsieur Attal à titre personnel, on s’en fiche. Ce qu’on veut, c’est une politique cohérente. Dans tous les pays, les musées ont rouvert, il n’y a que nous où c’est fermé”, dénonce-t-elle. 

Elle va même plus loin en estimant que le gouvernement a toujours une bonne excuse pour enfermer les gens. “On vit dans une espèce d’ambiance permanente de confinement mental depuis quatre mois, donc maintenant ça suffit. Ce que nous aura montré cette deuxième partie d’épidémie, c’est la tolérance des Français et leur docilité. Moi, je suis stupéfaite par cette docilité”, affirme-t-elle.

Guillaume Descours