RMC

Nicolas Sarkozy vous manque-t-il? "Son bilan est contestable, mais l’homme, il n'y en a plus des comme ça"

Les Grandes Gueules sont revenues ce vendredi sur la sortie du nouveau livre de l'ancien président de la République.

Dans son nouveau livre, publié un an après la publication de "Passions", vendu à plus de 300.000 exemplaires, Nicolas Sarkozy revient sur les deux premières années de son quinquennat, en 2007 et 2008 dans un ouvrage intitulé Le temps des tempêtes aux éditions de l'Observatoire.

"À compter du 16 mai 2007, j'étais seul (...) Je l'avais voulu, respecté, rêvé. Maintenant j'y étais (...) C'était plus brutal que je ne l'avais imaginé", écrit-il dans un extrait qu'il a publié mercredi soir sur Twitter.

L'ex-président a assuré au Figaro que ce livre n'avait "aucune dimension politique dans un projet de construction ou de continuation d'une carrière". "Je ne suis pas en campagne. Ça ne me manque pas! Personne ne me croit, mais c'est la vérité", affirme-t-il.

L'avis des GG: "J'aurais aimé qu'il parle des affaires"

David Dickens (directeur marketing) : "Je vais lire avec intérêt. J’aime beaucoup les livres d’anciens politiques qui ont pu prendre une certaine distance avec l’exercice du pouvoir donc ils parlent d’une façon un peu plus libre. Ce sont rarement des oeuvres littéraires, j’ai le sentiment qu’on est dans le règlement de comptes et qu’on va avoir des choses croustillantes à se mettre sous la dent.

Il parle du Fouquet’s, de la violence de ses deux premières années d’exercice. Je pense que c’est intéressant a posteriori de voir comment il a vécu ces choses-là."

Maxime Lledo (étudiant): "Qu’on aime ou qu’on n’aime pas, ça reste un personnage. Son bilan est contestable, mais l’homme, il n’y en a plus des comme ça. Je vais l’acheter. Il dit ses quatre vérités."

Fatima Aït-Bounoua (professeur de français en reconversion): 'Les extraits sur les personnes m’intéressent moins. Le côté politique “Voici” ce n’est pas le côté que j’aime. J’attendrais plus sur les affaires, la Libye… Ca j’aurais aimé.'

La rédaction