RMC

Sandrine Rousseau a-t-elle raison de tout balancer? "Pour exister, il faut faire du buzz"

Les "Grandes Gueules" goûtent peu à la méthode de Sandrine Rousseau, qui a accusé Julien Bayou de violences morales contre au moins une femme lundi soir. Pour les "GG" la députée écologiste ne cherche que le buzz.

Le patron du parti EELV Julien Bayou est visé par des accusations de violences. Sur France 5 ce lundi, Sandrine Rousseau a raconté avoir reçu chez elle au mois de juillet dernier une ex-compagne de Julien Bayou. Cette femme aurait alors accusé le député de Paris de "comportements de nature à briser la santé morale des femmes", a assuré la députée écologiste sur le plateau de C à Vous.

"Au moment où je l'ai reçu, elle était dans un état de dépression, elle était très mal, elle a d'ailleurs fait une tentative de suicide quelques semaines après. Cela fait partie des questions qui vont venir sur la table", a expliqué Sandrine Rousseau.

"Pour exister, il faut faire du buzz, c’est la méthode Trump"

Une sortie qui a fait bondir ce mardi sur le plateau des "Grandes Gueules". "Sandrine Rousseau est une mouche à buzz", a lancé Medhi Ghezzar sur RMC et RMC Story. "Pour exister, il faut faire du buzz, c’est la méthode Trump. Pour exister, il faut créer un engouement, qui est dégueulasse, qui est chiant à entendre. Elle est en train de faire ça. Peut-être que je me trompe mais je n’ai jamais entendu une parole sensée de sa part", a-t-il ajouté.

"Elle vient raconter ça à la télé, mais la femme de Julien Bayou était déprimée. Elle n’a, jusqu’à preuve du contraire, pas subi de violences physiques ou morales. Sandrine Rousseau dit ça pour exister et détruire un adversaire politique. Avant même que la justice ne soit saisie, elle fait étalage sur la place publique de cette affaire", a estimé Medhi Ghezzar.

Un épisode déjà évoqué par Julien Bayou

Même son de cloche pour Elina Dumont, qui estime que ce n'est pas le rôle de Sandrine Rousseau. "Qu’est-ce qu’elle apporte en politique? Rien", assure l'intervenante sociale.

La députée affirme que plusieurs témoignages contre Julien Bayou existent, tout en admettant n'avoir recueilli que celui de cette ex-compagne. En juillet, Julien Bayou évoquait dans les colonnes du Figaro, une "histoire qui se termine dans la souffrance, et "une rupture qui s’accompagne de menaces à peine voilées à mon endroit et d’une forme d’instrumentalisation".

G.D.